Les pirates font leur beurre avec les prises d'otages
Actualisé

Les pirates font leur beurre avec les prises d'otages

Le thonier
capturé dimanche en Somalie par
des pirates a pu être
joint hier par la radio
espagnole. Les ravisseurs
réclament une rançon.

«Je suis le patron du bateau (...). Nous allons bien, il n'y a aucun problème», a déclaré une voix sur les ondes de la radio nationale espagnole. L'homme a alors été interrompu par un des pirates avant de pouvoir dire son nom. Le ravisseur a expliqué dans un mauvais anglais que les pirates étaient de nationalité somalienne et demandaient de l'argent. Le thonier «Playa-de-Bakio», dont le port d'attache est au Pays basque, a été capturé dimanche avec ses 26 membres d'équipage, dont 13 Espagnols, par quatre pirates. Le thonier se trouvait alors dans les eaux internationales à 140 km de la côte somalienne, vers laquelle il se dirigeait dimanche soir. Hier à Madrid, le Ministère des affaires étrangères a précisé être en contact avec des pays qui sont militairement présents dans la région afin de retrouver la trace du navire.

D'autres pirates ont par ailleurs détourné hier un navire venant de Dubaï, le «Al-Khalidj», qui transportait des denrées alimentaires en Somalie. Un navire battant pavillon japonais, le «Takayama», a également été touché «par ce qui s'apparentait à un tir de grenade dans le golfe d'Aden». Le bateau qui transportait des produits chimiques n'a subi que «des dégâts mineurs» à la coque, près de la poupe. Il a pu poursuivre sa route.

afp/spi

Ton opinion