Les pirates pillent la marine marchande
Actualisé

Les pirates pillent la marine marchande

PARIS – Alors que «Pirates des Caraïbes 3» est annoncé, la piraterie n'est pas morte. Elle vole, elle tue.

De 1991 à 2000, les pirates ont commis 259 assassinats et pris en otage 1854 marins. L'an 2000 a enregistré 469 agressions déclarées, un record. Puis les attaques ont diminué: 369 en 2004, 273 en 2005 et 127 durant les six premiers mois de 2006. Mais les agressions sont de plus en plus violentes. Cas le plus tragique, le cargo australien «Arian-Ingay», disparu, a été retrouvé avec dix cadavres en chambre froide.

Dans le Sud-Est asiatique, les pêcheurs malais recrutés par des gangs internationaux dépendant de puissants hommes d'affaires disposent d'un arsenal de guerre: hors-bord, mitraillettes, lance-roquettes. Ils attaquent de nuit, parfois par groupes de quarante, détruisent les appareils pour prévenir toute alerte, repeignent le bateau et revendent la cargaison. Les méfaits ne sont pas toujours suivis de plaintes. «Il y a une sorte d'omerta dans le monde de la navigation», écrit Jean-Michel Barrault dans Pirates des mers aujourd'hui (Gallimard).

Le risque de piraterie fait monter le salaire des marins et les primes d'assurance. «La marine suisse n'a jamais subi d'attaque de pirates», confie Reto Darler, chef de l'Office suisse de la navigation maritime, à Bâle. Les armateurs suisses font appel à des chiens de garde.» «Dobermans et rottweilers sont très efficaces en Afrique, où nous avons été victimes de vols», admet Hans Tanner, directeur de ABC Maritime à Nyon.

Giuseppe Melillo

Ton opinion