Transports publics: Les places assises pour tous, un luxe?
Actualisé

Transports publicsLes places assises pour tous, un luxe?

Le directeur de l'Union des transports publics Peter Vollmer estime que le matériel roulant doit envisager une mue, notamment par la suppression de places assises.

Les transports publics auront-ils bientôt moins de places assises?

Les transports publics auront-ils bientôt moins de places assises?

L'idée de fournir des places assises pour tous les passagers des transports d'agglomération est peut-être dépassée, estime le directeur de l'Union des transports publics Peter Vollmer. Une alternative serait la création de zones debout plus confortables dans les trains, bus et trams.

Il faut se poser la question si l'on ne veut pas acheter du matériel roulant qui mise d'emblée sur des zones de places debout, déclare M. Vollmer dans une interview à la Handelszeitung de mercredi. Mais ces zones devraient être «nettement plus confortables» qu'aujourd'hui, souligne-t-il.

Pour le directeur de l'Union des transports publics (UTP), il est évident que les usagers doivent payer leur part aux coûts des transports publics par le biais du titre de transport. «La mobilité en soi est trop bon marché. C'est le cas tant pour la route que pour les transports publics», ajoute M. Vollmer. Mais la volonté politique fait défaut pour renchérir le prix du transport.

Toutefois, «pour l'abonnement général 2e classe, les forfaits famille et les personnes handicapées, nous devons envisager les augmentations avec beaucoup de retenue», souligne le directeur de l'UTP. Les transports publics doivent rester abordables pour tous.

Contre-projet souhaité

Peter Vollmer est critique face à l'initiative «pour les transports publics» de l'Association transport et environnement (ATE). Elle ne propose aucune nouvelle source de financement pour les transports publics, mais simplement une répartition différente des moyens.

Seul aspect positif de cette initiative: elle augmente la pression sur les politiques pour décider des moyens financiers qui doivent aller aux transports en commun. M. Vollmer espère donc un contre-projet à l'initiative de l'ATE.

(ats)

Ton opinion