Actualisé

Les planeurs télécommandés sont de sortie

N'est pas modéliste qui veut. Piloter un miniplaneur requiert des compétences et deux à trois ans de pratique

Il fait encore ses gammes, mais Nicolas Reymond, 13 ans, est déjà un accro de la voltige depuis deux ans. «Je préfère jouer à l'extérieur plutôt que de rester devant ma télé», explique l'enfant de Villars-sur-Ollon. Il s'entraîne régulièrement à la Croix-des-Chaux, au-dessus de Gryon. A 2000 m d'altitude, c'est l'un des meilleurs terrains d'envol du canton.

Il accueillera un rassemblement amical international dès demain et jusqu'au 13 août, uniquement par beau temps. Bidouiller les manettes de sa télécommande pour maintenir en vol des miniatures de 6 à 20 kg ne suffit pas.

Comment devient-on un bon modéliste? «Il faut s'intéresser à l'aérologie, à l'électricité, au bricolage, à la nature et aimer marcher», relève Marcel Monbaron, passionné depuis quarante ans. «Il faut rester un gamin. Mais ces avions ne sont pas des jouets. Le planeur en modèle réduit reste un loisir d'adulte.»

Il arrive même aux plus expérimentés de commettre des erreurs. Un avion d'une valeur de 6000 fr. s'est écrasé dimanche, perdu de vue par son propriétaire. Perdu tout court. Coût du loisir? Pour commencer, un petit planeur de 1,50 m, prêt à l'usage, coûte entre 400 et 1500 fr. Et seulement quelques dizaines de francs pour le construire soi-même.

Sophie Roselli

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!