Actualisé 12.02.2013 à 10:45

Fusillade à MontreuxLes policiers ne seront pas poursuivis

La justice vaudoise a classé le dossier dans le cadre des agents de police qui avaient ouvert le feu sur un fuyard, à Montreux (VD), en septembre 2012.

Les policiers qui ont abattu un chauffard à Montreux (VD) en septembre ont agi de manière «licite». Ils étaient en situation de légitime défense face à un homme «menaçant leur vie», indique mardi le Ministère public vaudois.

La victime, un Suisse de 45 ans, a saisi et pointé un fusil en direction d'un gendarme au moment d'être interpellé après une «dangereuse» course-poursuite, explique le communiqué. Face à cette «attaque grave», les policiers n'avaient «pas le temps» de tirer des coups d'avertissement et «n'ont pu que réagir dans l'urgence».

Fusil chargé

Le 20 septembre vers 03h30, la police a tiré à neuf reprises sur le chauffard et l'a atteint de cinq balles. L'homme était en train de sortir de sa voiture de sport armé d'un fusil de chasse chargé.

Le rapport d'autopsie de la victime n'a pas décelé de trace de médicament ou de stupéfiant, juste de l'alcool à un taux de 0,7 pour mille. La voiture de sport portait de fausses plaques d'immatriculation russes achetées sur Internet.

Des difficultés

L'homme avait acheté l'arme en Valais peu avant le drame et l'avait essayée à deux reprises. Interrogé sur la personnalité de l'individu, le procureur Eric Mermoud note qu'«il connaissait des difficultés professionnelles. Au chômage, il n'arrivait pas à retrouver du travail».

Le quadragénaire domicilié à Leytron (VS) «éprouvait aussi des difficultés sentimentales. Il avait beaucoup de peine à se remettre d'une rupture. Il s'était débarrassé de certains effets personnels et avait retiré tout l'argent de son compte. On ne peut pas écarter l'idée d'une volonté suicidaire, mais ce n'est qu'une hypothèse», relève Eric Mermoud.

Agent blessé par un tir «ami»

Personne n'a déposé plainte pénale ou ne s'est constitué partie civile. La famille de la victime n'a jamais pris d'avocat. Quatre policiers étaient intervenus au moment de la fusillade. Trois avaient tiré et une balle avait blessé un agent par ricochet. (ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!