Actualisé 20.04.2007 à 00:23

Les pollens n'ont jamais autant chatouillé en avril

GENEVE – Rhume des foins, crises d'asthmes et autres allergies font le malheur d'un Suisse sur quinze.

«Le vendredi 13 avril, un pic record de 1412 particules de pollen de bouleau par mètre cube a été atteint à Genève. On parle de taux élevé à partir de quatre-vingts», s'alarme le Dr Philip Taramarcaz. Si le chef de clinique à l'Unité d'allergologie des HUG tire la sonnette d'alarme, c'est aussi parce que les taux de pollens ne sont plus redescendus au-dessous de cent depuis Pâques. La faute à des températures inhabituellement élevées. «Nous recevons chaque jour de très nombreuses personnes victimes d'allergies et de crises d'asthme. Cette année, leurs symptômes sont plus précoces et puissants», précise le spécialiste. «J'ai vraiment pas de chance», se plaint, entre deux éternuements, Chantal. Cette jeune trentenaire fait partie des 15 à 20% de la population touchés par le rhume des foins. Allergique à presque tous les pollens, elle sera désormais obligée de se soigner de février à juillet. Soit presque un mois plus tôt que les années précédentes. Sans être en mesure de donner des chiffres, la plupart des pharmaciens confirment le phénomène. «Depuis deux semaines, il y a une nette recrudescence des achats de comprimés, de sprays buccaux et nasaux et de collyres antiallergiques», confirme le pharmacien Pierre-François Hottelier. Un boom alarmant alors que la saison des pollens ne fait que commencer.

Giancarlo Mariani

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!