Sécurité dans le Rhône: Les pompiers genevois parés pour l’afflux de baigneurs

Publié

Sécurité dans le RhôneLes pompiers genevois parés pour l’afflux de baigneurs

Le Service d’incendie et de secours de Genève a reçu un nouveau bateau, spécialement pensé pour le sauvetage en eaux vives. 

par
Maria Pineiro

Chaque année, trois personnes se noient à Genève. En 2021, 32 opérations de secours sont venues en aide à des nageurs, dont 17 sur le Rhône. 

mpo/20 Minutes

Peu à peu, les températures de l’eau du lac et du Rhône augmentent. Et avec elles, le nombre de nageurs en eaux libres. À Genève, l’engouement pour la baignade dans le fleuve, en aval du pont Sous-Terre, mobilise les secours chaque année. «En plein été, il nous arrive d’enchaîner trois, voire quatre interventions», confirme le sergent-chef Stéphane Chuat, du Service d’incendie et de secours de Genève (SIS).  Pour répondre à ce défi d’ampleur, le SIS a inauguré mardi matin un nouveau bateau.

«Il s’agit de s’adapter aux risques, a souligné Marie Barbey-Chappuis, maire de Genève et présidente du groupement SIS. Cet engin a été pensé et conçu spécialement pour le sauvetage en rivière.» L’embarcation, qui répond au nom de César 95, vient coompléter une flotte de quatre bateaux dédiés aux interventions dans le Léman ou dans les cours d’eau. «Mais la baignade en eaux libres est avant tout du ressort de la responsabilité individuelle», a prévenu la magistrate. 

Modèle unique en Suisse

Les avantages de César 95 résident dans une motorisation puissante, qui permet de monter à 80 km/h, une stabilité importante, des portes latérales et frontale qui permettent de hisser facilement une victime sur le pont et un espace de travail important. «Le modèle est unique en Suisse, a précise le lieutenant Nicolas Millot, officier de communication du SIS. Il corresponde pleinement à nos attentes.» Les sapeurs ont déjà pu s’entraîner quelque 80 heures sur ce nouvel outil qui sera stationné au quai des Péniches, soit peu après la jonction de l’Arve et du Rhône.

Chaque année, trois personnes se noient à Genève. «Un baigneur en difficulté mobilise jusqu’à 25 sauveteurs, a insisté Nicolas Millot, précisant que le SIS  travaillait «main dans la main avec la police cantonale. En 2021, 32 opérations de secours sont venues en aide à des nageurs, dont 17 sur le Rhône. «Les gens ne se rendent pas forcément compte des difficultés en lien avec le débit, le changement de température lorsque les eaux de l’Arve se mélangent à celles du fleuve ou encore les risques de s’emmêler dans les branches des berges.» 

1 / 5
mpo/20 Minutes
mpo/20 Minutes
mpo/20 Minutes

Ton opinion

9 commentaires