Actualisé 02.03.2016 à 17:40

CyclismeLes poursuiteurs suisses sortis dès les qualifs

La Suisse a dû se contenter d'une neuvième place lors de l'épreuve de poursuite par équipes, aux Mondiaux de Londres.

Les Suisses n'ont pas convaincu, mercredi, aux Mondiaux de Londres.

Les Suisses n'ont pas convaincu, mercredi, aux Mondiaux de Londres.

photo: Keystone

Privée de son atout maître Stefan Küng, la Suisse a été éliminée dès les qualifications de la poursuite par équipes aux Mondiaux sur piste de Londres. Elle a dû se contenter d'une 9e place bien décevante pour sa dernière apparition en compétition avant les JO de Rio.

Frank Pasche, Théry Schir, Olivier Beer et Silvan Dillier n'ont pu faire mieux que 4'02''066 sur la piste des Jeux olympiques 2012, alors que le meilleur chrono a été l'oeuvre de la Grande-Bretagne de Bradley Wiggins en 3'56''664. Avec Küng à la place de Beer, le quatuor helvétique avait réalisé un nouveau record national de 3'56''791 lors des Européens 2015 de Granges, où il avait conquis l'argent...

Absence de Küng

L'absence de la «locomotive» Stefan Küng, qui se remet d'une mononucléose, n'explique pas tout. Les quatre Helvètes n'ont pas témoigné de l'homogénéité nécessaire pour briller dans cette discipline. Pas au sommet de sa forme, Frank Pasche a ainsi rapidement perdu le contact avec ses équipiers. Deuxième des trois Vaudois de l'équipe, Théry Schir a quant à lui lâché prise dans l'ultime tour, alors que la formation suisse avait encore l'occasion d'arracher l'une des huit places qualificatives pour le tour principal.

«Terminer au neuvième rang ici alors que l'on évoque une possible médaille à Rio, cela constitue une grosse déception», a lâché l'entraîneur national Daniel Gisiger, qui ne s'expliquait pas la contre-performance de ses protégés. «Nous devrons analyser tout cela», a poursuivi l'ancien spécialiste du contre-la-montre, qui s'attendait à un chrono de 3'58 ou 3'59.

La médaille d'argent conquise à Granges avait fait naître de grands espoirs dans l'optique des JO 2016. Swiss Cycling ne s'attendait certes pas à la quête d'une médaille à Londres en l'absence de Stefan Küng, mais la qualification pour le tour principal devait n'être qu'une formalité. Le coup est rude après cet échec londonien, même si la présence du champion du monde individuel 2015 donnera forcément une autre dimension au quatuor suisse à Rio. «La pression ne sera ainsi plus aussi grande au Brésil», a tenté de positiver Daniel Gisiger. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!