Actualisé 31.08.2013 à 14:43

SyrieLes «preuves» US ne sont que «des mensonges»

Tandis que les experts de l'ONU quittent Damas, les États-Unis et la France se préparent à une attaque de grande ampleur basée sur des preuves réfutées par le régime syrien.

Selon Washington, 1429 personnes dont 426 enfants sont morts dans une attaque aux armes chimiques lancée par le régime syrien la semaine dernière. Les experts de l'ONU sont en train de quitter la Syrie, leur mission accomplie; reste donc aux États-Unis à prendre les dispositions qui s'imposent.

Si Londres a finalement renoncé à participer à une attaque contre le régime du dictateur syrien, François Hollande a confirmé l'engagement de la France aux côtés de Washington, malgré les réticences de son peuple. En effet, les Français sont opposés à une intervention à 64% et seulement 40% d'entre eux font confiance au président pour mener cette guerre à bien.

Étonnement

Du côté du Gouvernement syrien, on continue à nier en bloc toute implication dans l'attaque à l'arme chimique du 21 août. Le Ministère des affaires étrangères affirme que «les preuves» prétendument possédées par les Américains ne sont que «des mensonges».

Ce que l'administration américaine a qualifié de preuves irréfutables (...) n'est rien de plus que d'anciennes histoires diffusées par les terroristes depuis plus d'une semaine, avec tout ce qu'elles comportent de mensonges, de fabrications et d'histoires montées de toutes pièces», a déclaré le Ministère dans un communiqué lu à la télévision officielle syrienne.

Le Ministère des affaires étrangères s'est dit «étonné» par le fait «qu'une superpuissance trompe son opinion publique de cette manière naïve en s'appuyant sur des preuves inexistantes».

Le Ministère «s'étonne de même que les États-Unis fondent leurs positions de guerre et de paix sur ce qui est diffusé sur des réseaux sociaux et des sites internet», poursuit le communiqué. (20 minutes/ats/afp)

Plus de 500 personnes, dont 80 enfants, ont été tuées dans l'attaque présumée aux armes chimiques du 21 août près de Damas, a indiqué samedi l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), en évoquant un bilan encore provisoire. Jusqu'à samedi, «l'OSDH a recensé 502 morts, dont 80 enfants, 137 femmes et des dizaines de rebelles, dans le massacre perpétré par le régime syrien dans les villages de la Ghouta orientale et occidentale» près de Damas.

Plus de 500 personnes, dont 80 enfants, ont été tuées dans l'attaque présumée aux armes chimiques du 21 août près de Damas, a indiqué samedi l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), en évoquant un bilan encore provisoire. Jusqu'à samedi, «l'OSDH a recensé 502 morts, dont 80 enfants, 137 femmes et des dizaines de rebelles, dans le massacre perpétré par le régime syrien dans les villages de la Ghouta orientale et occidentale» près de Damas.

Plus de 500 personnes, dont 80 enfants, ont été tuées dans l'attaque présumée aux armes chimiques du 21 août près de Damas, a indiqué samedi l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), en évoquant un bilan encore provisoire. Jusqu'à samedi, «l'OSDH a recensé 502 morts, dont 80 enfants, 137 femmes et des dizaines de rebelles, dans le massacre perpétré par le régime syrien dans les villages de la Ghouta orientale et occidentale» près de Damas.

Les accusations d'utilisation d'armes chimiques par le régime syrien: «une absurdité totale», selon Vladimir Poutine. «Concernant la position de nos amis américains, qui affirment que les troupes gouvernementales (syriennes) ont utilisé (...) des armes chimiques et disent avoir des preuves, hé bien, qu'ils les montrent aux enquêteurs des Nations unies et au Conseil de sécurité», a-t-il dit à des journalistes. «S'ils ne le font pas, cela veut dire qu'il n'y en a pas», a-t-il ajouté.

Les accusations d'utilisation d'armes chimiques par le régime syrien: «une absurdité totale», selon Vladimir Poutine. «Concernant la position de nos amis américains, qui affirment que les troupes gouvernementales (syriennes) ont utilisé (...) des armes chimiques et disent avoir des preuves, hé bien, qu'ils les montrent aux enquêteurs des Nations unies et au Conseil de sécurité», a-t-il dit à des journalistes. «S'ils ne le font pas, cela veut dire qu'il n'y en a pas», a-t-il ajouté.

Les accusations d'utilisation d'armes chimiques par le régime syrien: «une absurdité totale», selon Vladimir Poutine. «Concernant la position de nos amis américains, qui affirment que les troupes gouvernementales (syriennes) ont utilisé (...) des armes chimiques et disent avoir des preuves, hé bien, qu'ils les montrent aux enquêteurs des Nations unies et au Conseil de sécurité», a-t-il dit à des journalistes. «S'ils ne le font pas, cela veut dire qu'il n'y en a pas», a-t-il ajouté.

La Syrie s'attend à une frappe occidentale contre son territoire «à tout moment», a affirmé samedi à l'AFP un haut responsable des services syriens de sécurité. «Nous nous attendons à une agression à tout moment et nous sommes prêts à riposter également à tout moment», a souligné ce responsable.

La Syrie s'attend à une frappe occidentale contre son territoire «à tout moment», a affirmé samedi à l'AFP un haut responsable des services syriens de sécurité. «Nous nous attendons à une agression à tout moment et nous sommes prêts à riposter également à tout moment», a souligné ce responsable.

La Syrie s'attend à une frappe occidentale contre son territoire «à tout moment», a affirmé samedi à l'AFP un haut responsable des services syriens de sécurité. «Nous nous attendons à une agression à tout moment et nous sommes prêts à riposter également à tout moment», a souligné ce responsable.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!