Santé: Les primes maladie vont drastiquement repartir à la hausse

Publié

SantéLes primes maladie vont augmenter de 5%, selon Comparis

Les primes de l’assurance de base vont drastiquement repartir à la hausse en septembre. La faute à la réduction des réserves des caisses voulue par Berne, selon le comparateur.

La hausse pourrait même être de 10% pour de nombreux assurés.

La hausse pourrait même être de 10% pour de nombreux assurés.

20min/Michael Scherrer

Les assurés risquent d’avoir un choc en septembre prochain, au moment de l’annonce des primes maladie pour 2023. En effet, selon les prévisions de Comparis, elles devraient augmenter en moyenne de 5% en ce qui concerne l’assurance de base. Et de nombreuses personnes pourraient même voir leur prime bondir de plus de 10% en 2023!

Les indicateurs étaient déjà au rouge en avril. Selon le comparateur en ligne et le Centre de recherches conjoncturelles de l’EPFZ (KOF), la croissance de l’ensemble des coûts de la santé en Suisse s’est chiffrée à 7,3% en 2021. Les prévisions de Comparis reposent sur l’hypothèse selon laquelle cette croissance devrait s’établir à 1,3% cette année, et à 1,2% en 2023, explique Felix Schneuwly, expert Assurance maladie chez Comparis.

Comparis

Un choc qui aurait pu être évité

Selon Comparis, la nécessité d’une telle hausse des primes aurait pu être évitée s’il n’y avait pas eu une intervention politique dans la gestion des réserves. Le comparateur en ligne s’en prend ainsi à l’Office fédéral de la santé publique. «L’OFSP a contraint les caisses maladie à réduire leurs réserves. Raison pour laquelle il manque désormais à nombre d’entre elles le matelas financier nécessaire pour amortir les fluctuations actuelles des coûts», observe Felix Schneuwly.

Selon lui, les caisses avaient atteint de tels rendements grâce aux réserves qu’elles avaient placées sur les marchés des capitaux, qu’elles ont pu à la fois couvrir le déficit des assurances et, jusqu’à fin 2021, étoffer ces réserves déjà confortables.

Mais par voie de révision d’ordonnance, le Conseil fédéral a accru l’an dernier la pression sur les assureurs pour qu’ils puisent dans leurs réserves, et ce quand bien même une augmentation exceptionnelle des coûts se profilait, analyse l’expert. Du coup de nombreuses caisses ont réduit leurs réserves de manière excessive en fixant des primes bien inférieures aux coûts», assure-t-il.

En septembre dernier, les primes avaient baissé en moyenne de 0,2%. En grande partie justement grâce à la réduction des réserves excédentaires des assureurs, avait expliqué le Conseil fédéral. 

(cht)

Ton opinion

395 commentaires