Taxe sur le CO₂ - Les principaux touchés: les hauts revenus
Publié

Taxe sur le CO₂Les principaux touchés: les hauts revenus

Les opposants à loi sur laquelle le peuple se prononcera en juin prochain font valoir que les bas salaires et le milieu rural en feraient les frais. Une étude démontre le contraire. Et Bertrand Piccard critique vertement les opposants.

(Image d’illustration.)

(Image d’illustration.)

AFP

Les travailleurs et la population des régions rurales ne seront pas les plus impactés par la nouvelle loi sur le CO2, comme veulent le faire croire les opposants. C’est du moins ce que constate la «SonntagsZeitung» dans des calculs mis à jour, basés sur une étude de l'institut de recherche Infras, commandée par l'association d'entrepreneurs verts Swisscleantech.

Ainsi, la loi n’entraînerait que 460 francs de coûts annuels supplémentaires pour une famille de quatre personnes, moins aisée, possédant une petite maison à l’isolation insuffisante et possédant une voiture. Une même famille, fortunée et vivant dans une villa spacieuse mal isolée, avec deux voitures de classe supérieure et qui voyage en avion chaque année, débourserait, elle, 2200 francs annuels de plus. Selon les conclusions de l’étude, la taxe sur le CO2 serait donc sociale, car davantage prélevée sur le diesel et l’essence.

Bertrand Piccard critique les opposants

Interrogé par le «SonntagsBlick» du jour, Bertrand Piccard estime que les opposants à la loi sur le CO2 sont «des égoïstes qui vendent du mazout et des voitures sales», sans se soucier de la santé de la population et des avantages qu’apporterait cette loi». A son avis, lutter contre le changement climatique ne nuira pas à l’économie, mais serait «même à son avantage, parce que les émissions de CO2 ne sont pas qu’un facteur climatique, mais également un moteur d'inefficacité dans notre industrie et notre mode de vie».

Le psychiatre et pilote vaudois note que, actuellement, «même sans changement climatique, nous devrions réduire ces émissions pour rendre l'économie plus rentable et augmenter notre niveau de vie». Des efforts à fournir tant au niveau privé qu’au niveau de l’économie, car actuellement l’émission de CO2 utilise trop d’énergie – l’industrie par l’utilisation de technologies vieillottes et les particuliers par des installations de chauffage vétustes ou des voitures trop gourmandes en essence, entre autres.

1000 solutions pour la durabilité

La Fondation Solar Impulse de Bertrand Piccard a par ailleurs établi un catalogue de 1000+ solutions propres et rentables à la crise environnementale, à l’intention des gouvernements qui veulent tenir leurs promesses d’efforts pour le climat et y soutenir les entreprises, mais également à l’intention des particuliers et entreprises. Il contient deux types de solutions: celles qui concernent la production d'énergie propre et celles pour une économie d'énergie efficace, ainsi que le recours à moins d'eau, de produits chimiques, d'énergie et de ressources naturelles. Il est déjà disponible sur www.solarimpulse.com. Bertrand Piccard veut également organiser, dès l’été prochain, son catalogue «sous forme de guide dans lequel particuliers, entreprises et gouvernements pourront puiser pour une mise en œuvre à grande échelle».

(ewe)

Ton opinion

532 commentaires