Les privés volent au secours des Etats
Actualisé

Les privés volent au secours des Etats

Le partenariat public privé (PPP) est peut-être une solution pour le financement de lourds travaux.

Les expériences de l'étranger le montrent: le partenariat public-privé (PPP) peut être une solution pour le financement de projets, notamment pour les transports. L'association PPP Suisse appelle à examiner systématiquement cette possibilité. «Cela ne résout pas tous les problèmes, mais son potentiel est considérable», a affirmé jeudi le président de l'association, Thomas Pfisterer, lors d'une conférence de presse.

En Allemagne, 90 projets de PPP ont été réalisés ou sont en train de l'être, selon l'ancien conseiller aux Etats radical argovien. En moyenne, entre 14 et 16 % des coûts ont pu être économisés. Pour M. Pfisterer, «la politique peut plus profiter de l'économie privée qu'elle ne le fait maintenant». En Suisse, si chaque projet était systématiquement soumis à un examen de compatibilité avec le PPP, un dixième d'entre eux pourrait être réalisé selon ce principe.

Interrogé sur la possibilité d'un tel partenariat pour le deuxième tunnel du Gothard, M. Pfisterer répond par la négative, arguant que la durée de vie de cent ans du tunnel est trop longue pour être portée par le secteur privé. Toutefois, l'Office fédéral du développement territorial (ARE) souhaite examiner de manière sérieuse au moins deux projets. Le premier a déjà été trouvé: le projet «TransRUN», la liaison ferroviaire entre Neuchâtel et la Chaux-de-Fonds.

(ats)

Ton opinion