Radios/TV régionales: Les privilèges et contraintes liés aux concessions
Actualisé

Radios/TV régionalesLes privilèges et contraintes liés aux concessions

Contrairement aux télévisions régionales, les radios ayant obtenu une concession ne toucheront pas forcément une part de la redevance.

La Confédération a désormais attribué le sésame à 54 diffuseurs au total. Sur ce chiffre, 13 TV et 21 radios recevront de l'argent par ce biais.

Quatre pourcents du produit de la redevance payée par les auditeurs et téléspectateurs, soit 49,8 millions de francs, iront à l'avenir aux stations privées. Les 13 télés au bénéfice d'une concession valable jusqu'en 2019 se partageront 31,4 millions.

Le reste, à savoir 18,4 millions, sera réparti entre 12 radios émettant dans des régions périphériques ou de montagne et 9 stations complémentaires non commerciales. Les 20 autres radios avec concession seront liés par les droits et devoirs qui en découlent mais sans soutien financier issu de la redevance.

Les concessions sont des mandats de prestations. Elles contraignent les radios et télévisions locales à garantir un service public à l'échelon régional en fournissant une information complète sur les réalités politiques, économiques et sociales et en contribuant à la vie culturelle dans la zone de desserte.

Les concessions donnent toutes droit à un accès privilégié aux infrastructures de diffusion (fréquence OUC ou réseaux câblés). Les diffuseurs qui n'ont pas reçu le sésame des services de Moritz Leuenberger devront recourir à des alternatives pour survivre puisqu'ils n'ont pas accès à ces canaux.

(ats)

Ton opinion