Internet en Suisse: «Les prix sont beaucoup trop élevés»

Actualisé

Internet en Suisse«Les prix sont beaucoup trop élevés»

«Monsieur Prix» a dénoncé jeudi la cherté des offres d'accès à internet, qui restent excessivement chères en Suisse par rapport à nos pays voisins.

Stefan Meierhans, le Surveillant des prix.

Stefan Meierhans, le Surveillant des prix.

Les offres suisses d'accès à Internet au domicile sont chères. L'offre standard la meilleur marché coûte 83% de plus que l'équivalent des pays voisins, selon le Surveillant des prix, qui préconise une modification de loi. Swisscom n'est pas d'accord.

Selon une étude de la Surveillance des prix, publiée jeudi et dans laquelle les prix des trois plus grands fournisseurs d'accès à Internet en Suisse et dans quatre pays ont été relevés, il ressort que les différences sont surtout importantes pour la technologie DSL où Swisscom possède 75% des parts de marché. Son offre standard coûte 78% de plus que la moyenne des voisins.

D'après le Surveillant des prix, il existe en Suisse une grande différence de prix entre les offres de l'opérateur historique (Swisscom) et celles des concurrents (Sunrise en dégroupage ou celles d'upc cablecom), nettement moins chers. Malheureusement, les offres dégroupées et celles des câblo-opérateurs ne sont souvent disponibles qu'en ville.

«Ce résultat permet de mettre en avant l'effet positif de la concurrence entre infrastructures et du dégroupage», ajoute Stefan Meierhans, Surveillant des prix. Monsieur Prix préconise une modification rapide de la loi sur les télécommunications.

Concurrence en question

Un avis partagé par Sunrise. Selon l'opérateur, la méthode utilisée pour déterminer combien coûtera aux opérateurs l'accès au réseau de Swisscom doit être changée. Surnommée LRIC (long run incremental costs), elle intègre les coûts de construction actuels alors que les canalisations et les câbles de cuivre du dernier kilomètre, sont amortis depuis longtemps, selon l'opérateur zurichois.

Pour Sunrise, la forte position de Swisscom sur le marché empêche une concurrence. Elle conduit à des coûts supplémentaires pour les clients.

Stefan Meierhans recommande donc d'intensifier la concurrence sur le réseau de l'opérateur dominant, d'élargir l'accès à haut débit régulé en garantissant la neutralité technologique et d'améliorer la transparence ainsi que les modalités de résiliation de contrats.

Pas le même pouvoir d'achat

Swisscom rejette les critiques du Surveillant des prix. «Cette brève analyse ne tient pas compte de la parité du pouvoir d'achat alors que la faiblesse de l'euro plombe la Suisse dans les comparaisons de tarifs», relève la société dans un communiqué.

Selon l'opérateur historique, des analyses plus poussées arrivent à une autre conclusion. «Des études de l'OCDE indiquent que, après correction du pouvoir d'achat, la Suisse se situe dans la moyenne en ce qui concerne les raccordements large bande. De même, les prix du haut débit en Suisse se situent dans le milieu du tableau en comparaison internationale».

Swisscom rajoute que pour les clients ce qui compte dans le raccordement Internet, ce ne sont pas les prestations offertes mais la largeur de bande effective qu'ils peuvent solliciter. La dernière analyse de la société Akamai montre que la Suisse fait bien meilleure figure que ses voisins dans ce domaine.

Le rapport de Monsieur Prix confirme que le marché suisse dispose du taux de pénétration le plus élevé (nombre d'abonnements par habitant) en comparaison avec la France, l'Allemagne, l'Autriche et l'Italie. Elle possède aussi la deuxième intensité concurrentielle entre les infrastructures, notamment avec les câblo-opérateurs.

Swisscom est d'avis que la loi actuelle sur les télécommunications a débouché sur de la concurrence entre les réseaux et l'arrivée de nouveaux acteurs. Tout comme le Conseil fédéral, l'ex-régie est d'avis qu'une révision de la loi n'est pas nécessaire. (ap)

Ton opinion