Russie - Meurtre de Boris Nemtsov: Les proches de Boris Nemtsov accusent Moscou
Actualisé

Russie - Meurtre de Boris NemtsovLes proches de Boris Nemtsov accusent Moscou

Les proches de l'opposant russe, assassiné en février en plein centre de Moscou, ont rassemblé dans un rapport des «preuves exhaustives» de la présence de forces militaires russes en Ukraine.

1 / 70
12.05 Les proches de l'opposant russe, assassiné en février en plein centre de Moscou, ont rassemblé dans un rapport des «preuves exhaustives» de la présence de forces militaires russes en Ukraine. Une version que le Kremlin dément vigoureusement depuis des mois.

12.05 Les proches de l'opposant russe, assassiné en février en plein centre de Moscou, ont rassemblé dans un rapport des «preuves exhaustives» de la présence de forces militaires russes en Ukraine. Une version que le Kremlin dément vigoureusement depuis des mois.

AFP
07.04 Plusieurs centaines de partisans de l'opposant russe Boris Nemtsov se sont recueillis mardi matin au pied du Kremlin, sur le pont où il a été assassiné il y a tout juste quarante jours.

07.04 Plusieurs centaines de partisans de l'opposant russe Boris Nemtsov se sont recueillis mardi matin au pied du Kremlin, sur le pont où il a été assassiné il y a tout juste quarante jours.

Keystone/AP/Alexander Zemlianichenko
31.03 Le Tribunal municipal de Moscou a inculpé de «meurtre commandité» les cinq suspects arrêtés après l'assassinat en février de l'opposant russe Boris Nemtsov.

31.03 Le Tribunal municipal de Moscou a inculpé de «meurtre commandité» les cinq suspects arrêtés après l'assassinat en février de l'opposant russe Boris Nemtsov.

Keystone/AP/Thomas Kienzle

Leur rapport de 64 pages, intitulé «Poutine. La guerre», a été rédigé à partir du travail d'enquête réalisé par Boris Nemtsov avant de mourir. Il a été présenté à la presse mardi par ses auteurs, dont l'opposant Ilia Iachine.

Le Kremlin a refusé de commenter ce rapport. «Je n'ai pas pris connaissance de ce dossier, et c'est pourquoi je ne peux rien dire», a déclaré mardi le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, cité par les agences de presse russes. Il a ajouté ne pas savoir si Vladimir Poutine prendrait la peine de le lire.

Selon Ilia Iachine, le rapport réunit des «preuves exhaustives» et des récits de «témoins clés» du rôle joué par l'armée russe dans le conflit entre séparatistes prorusses et forces de Kiev pro-occidentales.

Faire pression sur Porochenko

Les troupes russes ont pour la première fois «franchi en masse» la frontière ukrainienne en août 2014, lors de la contre-offensive réussie des rebelles à Ilovaïsk et sur le front sud de Donetsk, a affirmé M. Iachine.

D'autres troupes auraient ensuite été envoyées en janvier et février pour inciter le président ukrainien Petro Porochenko à s'asseoir à la table des négociations à Minsk et lors d'intenses combats pour la ville stratégique de Debaltseve.

Selon les estimations du rapport posthume de M. Nemtsov, au moins 150 soldats russes ont été tués en août 2014, et près de 70 autres en janvier et en février.

«Sale guerre cynique»

«La guerre avec l'Ukraine est une guerre non déclarée, une sale guerre cynique qui tient du crime contre la nation russe. Poutine restera dans l'Histoire comme le président qui a fait des Russes et des Ukrainiens des ennemis», a encore déclaré M. Iachine.

Le rapport indique en outre que Moscou a dépensé 53 milliards de roubles (964 millions de francs) pour soutenir les rebelles séparatistes depuis le début du conflit.

Familles des soldats tués

Les éléments rassemblés par Boris Nemtsov proviennent, d'après ses proches, de «sources ouvertes», de «sources anonymes à Moscou» et de témoignages des familles de soldats tués en Ukraine. Celles-ci l'ont contacté à la recherche d'une aide pour obtenir la compensation financière promise par les autorités russes.

La plupart des éléments présentés par les proches de l'opposant assassiné avaient toutefois déjà été révélés par la presse russe et étrangère au cours des mois précédents. (ats)

Ton opinion