France/Mexique: Les proches de Florence Cassez espèrent
Actualisé

France/MexiqueLes proches de Florence Cassez espèrent

L'entourage de Florence Cassez espère que la Cour suprême du Mexique rendra ce mercredi une décision favorable à la Française. Elle est détenue depuis six ans pour des enlèvements qu'elle nie.

Les juges de la Cour suprême mexicaine, ici Arturo Zaldivar Lelo de Larrea, doit rendre une décision concernant la libération de Florence Cassez mercredi.

Les juges de la Cour suprême mexicaine, ici Arturo Zaldivar Lelo de Larrea, doit rendre une décision concernant la libération de Florence Cassez mercredi.

Les cinq juges de la première chambre de la Cour suprême du Mexique doivent se prononcer sur une motion appelant à la libération de Florence Cassez présentée par un des leurs.

Attendue en fin de journée, heure française, la décision des magistrats mexicains est susceptible de mettre fin à une affaire qui empoisonne depuis des années les relations entre Paris et Mexico et passionne l'opinion publique mexicaine.

«On attend en espérant que la décision nous soit favorable. Il faut trois juges pour voter ce rapport», a dit l'avocat français de Florence Cassez, Frank Berton.

«Je ne sais pas combien de temps cela va prendre, je ne sais pas à quelle heure cela va tomber. Je suivrai cela avec les parents de Florence chez Jean-Luc Romero, le président de son comité de soutien, en contact avec notre collègue avocat mexicain», a ajouté Frank Berton.

Arrêtée en décembre 2005, Florence Cassez, qui est âgée de 37 ans, a été condamnée en 2008 à soixante ans de prison pour enlèvement au terme d'une procédure contestée.

Des surprises possibles

Un des juges de la Cour suprême, Arturo Zaldivar, a proposé il y a deux semaines sa libération au motif qu'elle a été privée de ses droits et n'a pas bénéficié d'un procès équitable. Le juge a également remis en cause la fiabilité des témoignages sur lesquels l'accusation s'est appuyée pour obtenir sa condamnation.

Le juge Zaldivar est l'un des cinq magistrats de la première chambre qui se prononceront ce mercredi. Si deux autres juges de la chambre au moins se rangent à son avis, Florence Cassez sera libérée.

«J'espère que c'est la dernière étape, mais la justice mexicaine nous a réservé des surprises. Beaucoup de personnes nous sont favorables aujourd'hui, l'Eglise catholique, l'ensemble des profs de droit, des magistrats, des responsables d'ONG», a souligné Frank Berton.

«La prise de position du président (Felipe) Calderon prouve que l'exécutif une nouvelle fois s'invite dans le débat judiciaire», a poursuivi l'avocat.

Intervention sans équivoque

En début de semaine, le président mexicain, qui a fait de la lutte contre la criminalité la priorité de son mandat, a prononcé un vibrant plaidoyer pour la justice mexicaine. Pour les partisans de Florence Cassez, et même s'il n'a pas prononcé son nom, la prise de position de Felipe Calderon et le moment choisi pour son intervention sont sans équivoques.

«Cela ne me semble pas être une bonne chose dans un Etat de droit, mais je fais le pari que les juges seront au-dessus de cela, je l'espère en tout cas», a dit Frank Berton. Incarcérée dans un centre pénitentiaire pour femmes du sud de Mexico, Florence Cassez a toujours protesté de son innocence. (ats)

Ton opinion