VALAIS: Les producteurs d'abricots en ont fait des tonnes
Actualisé

VALAISLes producteurs d'abricots en ont fait des tonnes

La récolte 2009 du petit fruit charnu se voit dopée par deux mauvaises années en termes climatiques.

par
Marco Ferrara

«Nous avons fait une belle campagne de l'abricot, avec de gros volumes», confirme Didier Bertholet, d'Union Fruits, à Charrat. Son entreprise livre chaque année 15 000 tonnes de fruits et légumes. Par rapport à l'été dernier, elle a triplé ses ventes de ce cousin du pruneau qui ne compte qu'une grosse graine dans son noyau dur.

Une heureuse situation qui ne tombe pas du ciel. Quoique... L'hiver tardif a conduit les abricotiers à démarrer leur labeur plus tard, évitant de subir les nuisances du gel. Les abeilles ont aussi œuvré plus tôt, durant la floraison, ce qui leur a permis de bien polliniser le fruit.

Mais ce n'est pas tout. Pour obtenir l'explication de ce millésime extraordinaire, il faut remonter dans le temps: «Après deux années de production très moyenne, les conditions climatiques correctes de 2009 ont poussé les arbres à donner tout ce qu'ils avaient dans le ventre. Et l'écart de température entre le jour et la nuit a facilité une belle coloration», sourit Christian Studer, patron de Pitteloud-Fruits, à Sion. Ce producteur a obtenu 40% d'abricots de plus que l'an dernier.

Si dame Nature a été généreuse, elle n'en met pas moins le secteur à l'épreuve, ces jours-ci. La canicule n'est bonne pour aucun fruit: elle favorise une maturation plus rapide, en particulier du côté des baies des bois.

Mille et une variantes...

Légèrement acide, l’abricot est un fruit très digeste (il convient aux bébés). Les grands-mères parfumaient la confiture de quelques gouttes de grand marnier à la cuisson. D’autres concassent les noyaux et les glissent dans une mousseline placée à l’intérieur du chaudron pour ajouter un arôme d’amande. Savouré comme fruit de table, sec, en salade ou en tarte, l’abricot peut aussi devenir un coulis arrosant un fromage de chèvre frais en terrine. Miam!

Ton opinion