Les producteurs de lait veulent de nouvelles hausses de prix
Actualisé

Les producteurs de lait veulent de nouvelles hausses de prix

Profitant de la situation favorable sur le marché du lait, les producteurs suisses réclament une nouvelle hausse de prix.

Après avoir obtenu une augmentation de six centimes cet automne, ils exigeront une nouvelle rallonge dès le 1er mars prochain, ont expliqué les délégués réunis mercredi en assemblée à Berne. Ils réclament par ailleurs une hausse de 200 à 500 francs de la contribution pour vaches laitières.

Peter Gfeller, président de la Fédération des producteurs suisses de lait (PSL), s'est dit persuadé que la dynamique sur les marchés des pays voisins va se poursuivre. La PSL va donc demander une nouvelle hausse du prix du lait lors du cycle de négociations le 1er mars 2008. Le montant n'a pas été précisé.

Pour Albert Rösti, directeur de la PSL, le contexte est favorable. Une hausse de six centimes applicable au plus tard le 1er janvier a été négociée en septembre alors que le prix du lait en Allemagne était de 33 centimes d'euros. D'ici la fin de l'année, ce prix devrait être de 40 centimes d'euros. Il apparaît selon des enquête à l'étranger que les prix des produits ont également progressé. Le prix du lait pasteurisé est ainsi plus cher qu'en Suisse dans tous les pays voisins, selon Albert Rösti.

Plus forts en groupe

La PSL voit aussi à plus long terme et prépare les bases pour améliorer les revenus à l'horizon 2015. Selon Peter Gfeller, il est nécessaire que les producteurs de lait se regroupent et participent au pool national de vente pour l'écoulement du lait destiné aux quatre grandes centrales actives à l'échelle nationale. Pour obtenir le meilleur prix, le lait doit être vendu de manière coordonnée. Un degré de regroupement d'actuellement 50% est une bonne base de départ.

Les Producteurs de lait maintiennent par ailleurs leur revendication sur la contribution pour vaches laitières. Ils demandent qu'elle passe de 200 francs actuellement à 500 francs. La proposition de l'Office fédéral de l'agriculture de la fixer à 430 francs est jugée insuffisante et ne correspond pas aux souhaits du Parlement. (ap)

Ton opinion