Industrie laitière: Les producteurs menacent de quitter IP Lait
Actualisé

Industrie laitièreLes producteurs menacent de quitter IP Lait

La Fédération des producteurs suisses de lait maintient ses revendications et menacent de quitter IP Lait.

La Fédération des producteurs suisses de lait (FPSL) maintient ses revendications face à l'Interprofession du lait (IP Lait), qu'elle menace de quitter définitivement cet été. Les délégués de la FPSL, réunis mercredi à Berne, ont par ailleurs décidé d'une série de mesures financières internes.

Le conflit de la fédération avec l'IP lait n'a toutefois pas été abordé durant l'assemblée. Sur la question d'un retour éventuel de l'organisation à l'interprofession, la décision est de la compétence de la direction, a indiqué Peter Gfeller, président de la FSPL.

Si la FPSL ne revient pas sur sa décision de retrait provisoire (intervenue en septembre dernier), celui-ci deviendra définitif cet été, a ajouté M. Gfeller. La fédération demande depuis longtemps un droit d'intervention accru au sein de l'IP Lait, et donc plus de délégués en son sein.

Si les producteurs injectent de l'argent dans l'interprofession, ils veulent pouvoir contrôler les moyens utilisés pour stabiliser, voir augmenter le prix du lait, a précisé le président de la FPSL.

Égalité au sein de la direction

Les positions entre les acteurs commerciaux et les producteurs sont totalement déséquilibrées au sein de l'interprofession, estime M Gfeller. La FPSL demande la présence d'»une troisième force» dans la direction de l'IP Lait.

Celle-ci doit être composée de manière équitable entre les «trois familles», producteurs, premiers acheteurs (laiteries) et exploitants ou détaillants, affirme Peter Gfeller. Le dialogue est ouvert, mais les points de vues divergent.

Fin septembre de l'an dernier, la FPSL faisait savoir qu'elle quittait l'IP Lait, estimant que la décision de l'interprofession de baisser de 4 centimes le prix indicatif du lait était «injustifiée et inacceptable».

Durant leur assemblée ordinaire mercredi, les délégués ont décidé de poursuivre le marketing générique en faveur des produits laitiers (spots télévisés, promotion dans les écoles...), en prélevant 0,525 centimes par litre de lait produit et commercialisé pour la période du 1er mai 2012 au 30 avril 2013.

Afin de contribuer aux frais de gestion de la FPSL, il a été en outre décidé de prélever 0,15 cts./kg de lait auprès des producteurs directement ou indirectement affiliés.

(ats)

Ton opinion