Les profs acceptent la surveillance vidéo
Actualisé

Les profs acceptent la surveillance vidéo

«Aucun enseignant ne s'est plaint de la pose des caméras de surveillance», explique Michel Duruz, directeur des Ecoles de Lutry, suite à une conférence des maîtres tenue vendredi.

Dès aujourd'hui, quinze caméras tournent jour et nuit au Collège du Grand-Pont. Un autre collège de la commune, celui des Pâles, en fait de même depuis deux ans. «L'expérience est totalement concluante», se réjouit le directeur. Aspect dissuasif oblige, les actes de vandalisme, commis principalement de nuit, ont cessé depuis l'installation des caméras. Et personne ne pourrait reprocher quoi que ce soit à la commune, aucune loi n'existant en la matière. Mais plus pour longtemps.

C'est en effet demain que Pascal Broulis présentera à la presse le projet de loi cantonale sur la protection des données et la vidéosurveillance. Le Grand Conseil en débatera au printemps.

(cal)

Ton opinion