Actualisé 24.03.2015 à 14:27

Genève

Les profs de portugais en Suisse sont «désespérés»

Des enseignants ont protesté ce mardi pour dénoncer leur situation économique. Lisbonne a réduit leur salaire et l'abandon du taux plancher du franc a fait empirer leur situation.

de
David Ramseyer
1 / 9
A temps plein, les professeurs de portugais gagneraient aujourd'hui entre 2'300 et 2'700 fr par mois.

A temps plein, les professeurs de portugais gagneraient aujourd'hui entre 2'300 et 2'700 fr par mois.

dra
Une trentaine d'enseignants a manifesté ce mardi devant le consulat du Portugal, au Grand-Saconnex.

Une trentaine d'enseignants a manifesté ce mardi devant le consulat du Portugal, au Grand-Saconnex.

dra
dra

«On n'a plus d'autre solution que de manifester pour continuer à y croire encore.» Il y a de la rage mais aussi du fatalisme dans la voix d'Anabela Morgado. Avec une trentaine d'autres enseignants de portugais à Genève, elle a manifesté ce mardi matin devant le consulat lusitanien, au Grand-Saconnex. «On est désespérés», lance une collègue. «...Et on a l'impression de ne jamais être écoutés», conclut une autre.

Chute des salaires

Depuis 2010, la crise économique au Portugal d'abord et la fin du taux plancher du franc vis-à-vis de l'euro récemment ont plongé les enseignants de langue lusitanienne en Suisse dans une situation précaire. Employés de l'Institut Camões, organisme financé par Lisbonne qui gère l'enseignement du portugais à l'étranger, leur salaire a fondu de plus de 20%, affirment-ils. Cela sans compter plusieurs diminutions de leurs frais, notamment pour le matériel de classe. Aujourd'hui, les profs gagneraient entre 2300 et 2700 fr. par mois seulement pour une charge de travail équivalant à celle des enseignants du service public helvétique. C'est trop peu pour vivre à Genève et en Suisse, notent-ils. Face à leurs doléances, Lisbonne semble faire la sourde oreille. Manifestations, lettres, démarches officielles: rien n'y fait. Il n'y a jamais eu de réponses du Gouvernement portugais, affirment les profs. «C'est indigne, s'exclame l'un d'eux. Une partie des fonctionnaires des affaires étrangères (ndlr, dont dépend l'Institut Camões) ont bénéficié de baisses d'impôts pour compenser leurs diminutions de salaire, mais pas nous!»

Bientôt une grève?

Les manifestants ont remis une pétition au consulat. Ce dernier affirme comprendre et appuyer leur démarche et transmettra leurs revendications à Lisbonne.

En tout, 85 enseignants octroient des cours extrascolaires de portugais à environ 10'000 enfants en Suisse, dont 3000 à Genève. Selon les professeurs, les cours sont aujourd'hui menacés. Ils pourraient faire grève lors des examens prévus en mai prochain.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!