Musulmans vaudois : Les progrès se font attendre, déplore l'UVAM
Actualisé

Musulmans vaudois Les progrès se font attendre, déplore l'UVAM

La reconnaissance légale de la communauté musulmane n'avance guère dans le canton de Vaud. Le règlement d'application de la loi «tarde», déplore Pascal Gemperli, nouveau président de l'Union vaudoise des associations musulmanes (UVAM).

Les délégués présents à l'assemblée générale de l'UVAM, qui s'est tenue dimanche 3 juin à Renens (VD), «regrettent la lenteur du traitement de ce dossier», indique mardi le communiqué de l'union. La non-publication de ce règlement empêche les proprès sur des revendications importantes. «Ca tarde, on attend ce texte avec impatience», précise Pascal Gemperli.

Il devient «urgent» de trouver une solution pour la sépulture musulmane. La nouvelle génération de musulmans veut se faire enterrer dans sa patrie vaudoise selon ses rites religieux. Autre point fort, un service d'aumônerie musulmane de qualité doit pouvoir être assuré dans des institutions privées ou publiques, relève l'UVAM.

En outre, au cours de l'assemblée, la décision de principe a été prise de décerner un prix à des personnalités qui ont contribué à la compréhension mutuelle entre les musulmans et les autres communautés. Le prix pourrait déjà être attribué pour la première fois à la fin de cette année, envisage Pascal Gemperli.

(ats)

Ton opinion