Aménagement (GE): Les projets de plages prennent un peu l'eau
Actualisé

Aménagement (GE)Les projets de plages prennent un peu l'eau

Le Grand Conseil genevois pourrait retarder la création de la plage des Eaux-Vives. L'agrandissement des berges du Rhône est, lui, compromis par un recours.

par
dti

Compte tenu des recours déposés par le WWF et de la situation financière du Canton, la plage des Eaux-Vives n'est plus une priorité, ont estimé les députés PLR, PDC, MCG et UDC lors d'une récente commission des finances. De fait, le projet budgétisé à 61 millions de francs devrait être repoussé, au moins, jusqu'en 2013. La décision sera prise vendredi au Grand Conseil.

«C'est un mauvais signal que donnerait la droite et un coup bas pour la population», s'exclame le député socialiste Roger Deneys. Un malheur n'arrivant jamais seul pour les amateurs de baignades, l'association AJT (Association Jonction Tranquille) a déposé un recours en justice contre les installations déjà en place et l'augmentation prévue du nombre de pontons au bord du fleuve. Excédés par les incivilités constatées l'été dernier, ses membres souhaitent être associés aux développements futurs. Ils exigent des aménagements plus cohérents avec notamment des toilettes et des poubelles en nombre suffisant.

En charge des deux dossier, le Département de l'intérieur et de la mobilité (DIM) se veut malgré tout confiant. «Ces nouveaux projets répondent visiblement à un besoin fondamental de la population, réagit la conseillère d'Etat Michèle Kunzler. Ils restent donc prioritaires».

Ton opinion