Actualisé 25.05.2006 à 23:51

Les «projos» c'est lui...

Yan, c'est celui qui se cache derrière le faisceau lumineux des salles obscures.

Sa responsabilité: mettre les bobines dans l'ordre et les enchaîner sans que le spectateur ne s'en apercoive. «C'est une passion. Je viens projeter chaque année à Cannes, c'est un lieu mythique.» Son, cadrage, stablitilé sont les principes d'une bonne projection.

Depuis une petite lucarne, Yan peut observer la salle et sa réaction. Que ce soit pour le grand jury du Festival ou pour les journalistes importe peu car pour lui «chaque projection a une importance capitale».

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!