Coronavirus à Hong Kong – Les propriétaires de hamsters bientôt obligés de les faire euthanasier

Publié

Coronavirus à Hong KongLes propriétaires de hamsters bientôt obligés de les faire euthanasier

Après l’apparition de cas de Covid-19 au sein d’une animalerie, les autorités prient la population de se débarrasser de ses petits animaux. Et les autorités ne lâcheront pas les récalcitrants.

L’abattage de quelque 2000 petits animaux a été décidé cette semaine.

L’abattage de quelque 2000 petits animaux a été décidé cette semaine.

AFP

Le gouvernement de Hong Kong a demandé vendredi aux amis des animaux de ne pas entraver l’abattage en cours de centaines de petits mammifères. Cette décision a été prise après que des hamsters ont été testés positif au Covid-19. À l’instar de la Chine continentale voisine, le territoire a adopté la stratégie «zéro Covid». L’apparition du moindre cas fait l’objet d’une intense recherche des cas contacts, de confinements ciblés et de dépistages massifs.

L’abattage de quelque 2000 petits animaux, principalement des hamsters mais aussi des chinchillas, lapins, cochons d’Inde, a été ordonné par les autorités à «titre de précaution» après l’apparition de cas au sein d’une animalerie. Les autorités ont «fortement encouragé» toute personne ayant acheté un petit mammifère après le 22 décembre, soit juste avant Noël, à leur amener l’animal afin qu’il soit euthanasié. Les hamsters testés positifs au Covid-19 auraient été importés.

La décision d’abattre ces mammifères a provoqué un tollé chez les amis des animaux. Certains se sont rendus devant le centre de collecte des hamsters géré par le gouvernement pour dissuader les propriétaires de les remettre aux autorités. Dans un communiqué, «le ministère de l’Agriculture leur demande de cesser immédiatement ce type d’actions» et précise que la police a été informée de ces obstructions. Jeudi soir, le centre avait reçu 68 hamsters. Un fourgon de police était stationné devant le point de collecte, ont indiqué vendredi les télévisions hongkongaises.

Aucune sanction n’est à ce jour prévue à l’encontre des propriétaires d’animaux de compagnie voulant garder leurs hamsters. Les autorités sanitaires ont cependant affirmé que Hong Kong disposait des moyens légaux pour obliger les personnes à remettre les animaux. Ils ont également mis en garde contre un «risque accru» de transmission du virus de l’animal à l’homme, après avoir découvert d’autres cas positifs au Covid liés à d’autres animaleries locales.

Le principal microbiologiste de la ville – qui conseille le gouvernement en matière de Covid – a affirmé que cet abattage massif était nécessaire pour «éviter un désastre». «Nous avons des raisons de croire qu’un entrepôt, dans lequel plus d’un millier de hamsters ont séjourné, est à l’origine de (cette contamination). Le virus pourrait se multiplier par infection croisée et se propager dans les animaleries et autres points de vente», a écrit Yuen Kwok-yung dans un article paru mercredi.

«Ce risque reste faible, mais nous l’examinons en permanence», a déclaré cette semaine Maria Van Kerkhove, de l’OMS.

(AFP)

Ton opinion