Yémen: Les raids de la coalition sèment le chaos à Hodeïda
Actualisé

YémenLes raids de la coalition sèment le chaos à Hodeïda

La coalition formée par l'Arabie saoudite pour enrayer la progression des rebelles chiites houthis au Yémen a mené mardi des raids aériens dans le port d'Hodeïda.

Le port d'Hodeïda constitue le principal point d'entrée de l'aide humanitaire destinée au nord du pays, où l'activité a cessé.

Des combats ont par ailleurs eu lieu dans la nuit à Taëz, troisième ville du pays, où les milices progouvernementales tentent de consolider les positions prises récemment aux Houthis, rapportent les chaînes de télévision arabes.

Les rebelles chiites proches de l'Iran se sont emparés de Sanaa en septembre. Ils ont ensuite progressé jusqu'à Aden, le grand port du Sud, précipitant la fuite du président Abd Rabbou Mansour Hadi et l'intervention de la coalition arabe. Avec cet appui aérien, les forces fidèles au gouvernement en exil ont repris Aden le mois dernier et continuent de progresser vers le Nord.

Depuis le 19 mars, le conflit a fait près de 4400 morts, dont une majorité de civils, et provoqué une grave crise humanitaire, dont Hodeïda est devenu l'épicentre. La ville se trouve 150 km à l'ouest de Sanaa. Les raids de mardi ont entraîné la destruction des quatre grues du port et plusieurs entrepôts ont été touchés, selon les autorités.

Amnesty international a accusé mardi la coalition et les groupes armés pro et anti-houthis de bombarder illégalement des zones densément peuplées et de tuer de très nombreux civils, dont des enfants.

Cadavres abandonnés: appel du CICR

Le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) s'est déclaré pour sa part «extrêmement préoccupé» du nombre important de cadavres qui, en raison de la poursuite des combats, ne peuvent être récupérés puis enterrés.

«Avec l'escalade des combats, davantage de victimes sont abandonnées en raison du danger croissant associé à la récupération des blessés et des morts», explique dans un communiqué Nourane Houas, chef du département de la Protection du CICR au Yémen.

Le CICR appelle «toutes les parties» à permettre l'évacuation rapide des corps et à faire tout leur possible pour assurer leur identification et la remise des morts aux familles, ajoute M. Houas. (ats)

Ton opinion