Syrie: Les rebelles abattent un avion du régime
Actualisé

SyrieLes rebelles abattent un avion du régime

Les rebelles syriens ont abattu mercredi un avion de chasse de l'armée dans la province d'Alep, dans le nord, a rapporté l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

«Les combattants de l'opposition ont abattu un avion de chasse qui pilonnait un secteur près de l'aéroport militaire de Mennegh et le sort du pilote reste inconnu», a indiqué cette ONG qui s'appuie sur un large de réseau de militants et de médecins à travers la Syrie.

Mennegh est situé à 37 km au nord d'Alep. Jusqu'en avril 2012, c'était un aéroport servant à l'agriculture puis ensuite l'armée syrienne y a envoyé quarante hélicoptères qui ont été utilisés dans les opérations militaires à partir de décembre.

Des violents combats se sont par ailleurs produits mercredi près de l'aéroport international d'Alep, fermé depuis janvier, et celui de Nairab, a ajouté l'OSDH.

En début d'année, les rebelles se sont lancés dans la «bataille des aéroports d'Alep» pour priver le régime de son principal atout, visant l'aéroport international, ceux militaires de Jarrah et Kouweiris à l'est, Mennegh au nord et Nairab dans le sud. Ils ont pris pour le moment le contrôle de Jarrah. Ils détiennent aussi la quasi-totalité des aéroports de la province d'Idleb (nord-ouest). (ats)

Internet coupé en raison d'une panne

La Syrie était quasiment coupée du réseau internet mercredi pour la deuxième journée consécutive, en raison selon l'agence officielle Sana d'une panne du câble de fibres optiques.

Les liaisons téléphoniques entre les différentes provinces syriennes sont également interrompues depuis mardi, a indiqué Sana.

Des entreprises américains qui surveillent le trafic mondial sur le web avaient rapporté mardi cette coupure du réseau internet.

«Les services internet et les liaisons téléphoniques ont été coupées mardi soir en raison d'une panne du câble de fibres optiques» a annoncé l'agence SANA, citant un responsable du secteur des communications.

Elle a assuré que «des efforts sont en cours pour réparer la panne et rétablir les liaisons internet et téléphoniques au plus vite».

Des activistes qui utilisent fréquemment internet pour rapporter les événements qui se produisent dans leur pays, en proie à la violence depuis deux ans, ont accusé les autorités d'être à l'origine de cette interruption.

«Même les moyens de communication par satellite» utilisés par ces activistes pour déjouer la surveillance des autorités «sont lents», a affirmé l'un d'eux, qui se trouve actuellement hors du pays, au bureau de l'AFP à Beyrouth.

«Je crois que le régime prépare une attaque quelconque. C'est ce qui se produit à chaque fois que l'internet est coupé», a ajouté ce militant qui n'a voulu être identifié que par son seul prénom, Farès.

Ton opinion