Philippines: Les rebelles menaceraient à nouveau d'exécuter un otage
Actualisé

PhilippinesLes rebelles menaceraient à nouveau d'exécuter un otage

L'inquiétude monte à nouveau concernant le sort des trois employés du CICR aux mains du groupe islamiste philippin Abou Sayyaf.

Celui-ci menacerait de décapiter l'un des otages si la police locale poursuit ses raids, a indiqué mercredi l'agence de presse italienne ANSA.

Interrogé mercredi soir par l'ATS, le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) n'était pas en mesure de confirmer l'information. Cette menace avait déjà été émise il y a une semaine par les ravisseurs, qui exigeaient que l'armée cesse ses opérations dans le sud des Philippines.

Les rebelles doivent mettre fin à cette affaire et restituer les otages, a affirmé mercredi un porte-parole militaire, Ernesto Torres. Il a précisé que l'armée suivait la situation sans intention de se replier pour éviter la fuite des ravisseurs. «Notre objectif reste la libération, en toute sécurité, des otages», a-t-il ajouté.

Pour obliger les rebelles à relâcher les trois employés du Comité international de la Croix-Rouge (CICR), les forces de sécurité philippines ont indiqué avoir commencé à rationner leur approvisionnement en nourriture et en eau.

La Philippine Mary Jean Lacaba et ses deux collègues, le Suisse Andreas Notter et l'Italien Eugenio Vagni, avaient été enlevés le 15 janvier par les rebelles d'Abu Sayyaf sur l'île de Jolo alors qu'ils venaient de visiter une prison.

(ats)

Ton opinion