Actualisé

SyrieLes rebelles soupçonnés d'avoir utilisé du gaz sarin

Selon Carla del Ponte, membre de la commission d'enquête sur la Syrie dépendant du Conseil des droits de l'homme de l'ONU, les rebelles syriens ont fait usage d'armes chimiques.

«Nous disposons de témoignages sur l'utilisation d'armes chimiques en particulier le gaz sarin. Pas de la part du gouvernement, mais des opposants», a affirmé Carla del Ponte dimanche soir au micro de la Radio Télévision suisse-italienne (RSI).

L'ex-procureure générale du Tribunal pénal international pour les crimes commis en ex-Yougoslavie (TPIY) a néanmoins précisé que les recherches de la Commission, qui doit présenter ses observations aux trois prochaines sessions du Conseil des droits de l'homme de l'ONU en juin et septembre 2013, puis en mars 2014, étaient loin d'être terminées, et n'a pas donné de détails sur les circonstances de l'usage de cette arme.

«Il existe des suspicions fortes et concrètes, mais pas encore de preuve incontestable», a-t-elle souligné. «Nos enquêtes devront être approfondies ultérieurement, vérifiées et confirmées à travers de nouveaux témoignages». Le gaz sarin est considéré comme une arme de destruction massive par les Nations unies depuis 1991.

Enquête turque

Les autorités turques ont fait procéder à des tests sanguins sur des réfugiés syriens blessés dans les combats dans leur pays afin de déterminer s'ils ont été victimes d'armes chimiques, a-t-on appris lundi de source informée.

«Des prélèvements ont été effectués sur des personnes blessées en Syrie et transportées en Turquie», a déclaré à l'AFP une source sanitaire s'exprimant sous couvert de l'anonymat.

Les résultats de ces tests, effectués à la frontière syrienne par des médecins turcs puis envoyés à un laboratoire d'Ankara, ne sont pas encore connus, a-t-elle précisé.

Accusations mutuelles

Le régime de Bachar al Assad et les rebelles se sont mutuellement accusé d'avoir employé des armes chimiques à trois reprises, en décembre près de Homs puis en mars près d'Alep et de Damas.

Les Etats-Unis, où Barack Obama a fait de l'utilisation d'armes chimiques une «ligne rouge» dans le conflit syrien, ont déclaré pour leur part être parvenus à la conclusion «avec différents degrés de certitude» que les forces gouvernementales syriennes avaient utilisé du gaz sarin contre leur propre peuple.

Mardi dernier, Barack Obama a toutefois déclaré que si les Etats-Unis avaient des preuves que des armes chimique ont bien été utilisés en Syrie, ils ne savaient «pas comment elles ont été utilisées, quand elles ont été utilisées, ni qui les a utilisées». (ats/afp)

Le sarin, un puissant gaz neurotoxique

Le sarin, dont les rebelles syriens ont faire usage, selon Carla del Ponte, est un puissant gaz neurotoxique, inodore et invisible, découvert en 1938 en Allemagne. Outre son inhalation, le simple contact avec la peau de ce gaz organophosphoré bloque la transmission de l'influx nerveux et entraîne la mort par arrêt cardio-respiratoire. La dose létale est d'un demi-milligramme pour un adulte.

Les victimes se plaignent d'abord de maux de tête violents et présentent des pupilles dilatées. Surviennent ensuite convulsions, arrêts respiratoires et coma précédant la mort.

Il peut être utilisé en aérosol, notamment à partir de l'explosion de munitions, mais également servir à empoisonner l'eau ou la nourriture, selon le Center for Disease and Control Prevention (CDC) d'Atlanta (Etats-Unis).

Des vêtements entrés en contact avec des vapeurs de sarin de façon continue peuvent contaminer d'autres personnes pendant encore une demi-heure après l'exposition, selon le CDC, qui précise que des antidotes existent.

Découvert par hasard

La fabrication de sarin est un processus complexe, mais c'est par hasard, en travaillant sur de nouveaux pesticides, que des chimistes allemands d'IG Farben l'ont découvert en 1938. Le sarin tient son nom de ses inventeurs: Schrader, Ambros, Rüdiger et Van der Linde.

Il a été utilisé comme arme chimique lors du conflit Iran-Irak dans les années 1980, puis par la secte «Aum Vérité Suprême» dans un attentat perpétré le 20 mars 1995 dans le métro de Tokyo.

Des membres de la secte, équipés de sacs remplis de sarin sous forme liquide qu'ils avaient percés avec un parapluie, avaient ainsi tué 12 personnes et blessé des milliers d'autres.

Centaines de tonnes stockées en Syrie

Le régime syrien, qui a reconnu pour la première fois le 23 juillet 2012 posséder des armes chimiques, disposerait de «centaines de tonnes» d'agents chimiques divers, selon le centre d'études sur la non-prolifération à l'Institut Monterey, aux Etats-Unis.

Le 24 avril dernier, le secrétaire américain à la Défense Chuck Hagel avait indiqué que selon certaines agences américaines du renseignement, le régime syrien avait utilisé du sarin à petite échelle en Syrie, sans détenir de preuve formelle.

Damas disposerait également de gaz VX, un autre neurotoxique dérivé du sarin, encore plus puissant.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!