Votations: Les recteurs d'unis européens solidaires
Actualisé

VotationsLes recteurs d'unis européens solidaires

Le président de la Conférence des recteurs des universités suisses ressent une grande solidarité de la part de ses homologues européens.

Après la décision de l'UE d'exclure la Suisse d'«Erasmus » et d'«Horizon 2020», beaucoup ne comprennent pas que la commission de Bruxelles utilise la recherche et les étudiants comme moyen de pression.

Le président de la CRUS Antonio Loprieno a fait part de ces impressions dans une interview samedi aux quotidiens alémaniques «Aargauer Zeitung» et «Südostschweiz». Il y commente avec retenue la décision du Conseil fédéral rendue publique vendredi de mettre en place un financement parallèle permettant aux Suisses de participer indirectement aux programmes européens «Erasmus », «Horizons 2020» et MEDIA.

M. Loprieno constate que le gouvernement n'a «rien dit de concret». Il s'est agi en premier lieu d'atténuer la grande incertitude qui règne parmi les chercheurs et les étudiants, estime-t-il.

Pour les programmes d'échanges universitaires «Erasmus » et de recherche «Horizon 2020», Berne se basera sur le modèle de participation ayant prévalu avant 2011, respectivement avant 2004. Le Conseil fédéral compte utiliser la tranche 2014 des crédits déjà adoptés par le Parlement pour la participation suisse à ces programmes européens. Le budget se monte en tout à 305 millions de francs pour «Erasmus » et à 4,4 milliards de francs pour «Horizon 2020».

Optimisme pour Erasmus

Le président de la Conférence des recteurs d'universités se dit optimiste s'agissant d'«Erasmus », car c'est avant tout une question d'argent, précise-t-il.

Pour «Horizon 2020», la situation initiale est plus complexe. Chacune des procédures de sélection revêt une grande importance, indique Antonio Loprieno. Si les chercheurs suisses n'y prennent plus part, cela devient «très difficile». Le président de la CRUS attend de Berne des projets concrets pour «Erasmus » et «Horizon 2020» au plus tard d'ici fin mars.

Cinéma

Afin de compenser l'éviction de la Suisse du programme européen d'encouragement au cinéma MEDIA, la décision du gouvernement est déjà tombée vendredi. Le monde du cinéma devrait bénéficier d'un crédit transitoire de 5 millions de francs pour poursuivre les projets en cours.

Cela correspond à l'enveloppe qu'aurait dû recevoir la Suisse dans le cadre du programme européen. Le Parlement doit encore donner son accord. (ats)

Ton opinion