Suisse romande: Les refuges pour animaux font face à une vague d’abandons

Publié

Suisse romandeLes refuges pour animaux font face à une vague d’abandons

Après deux années calmes, les SPA romandes font face à une forte hausse des accueils.

par
Léonard Boissonnas

«Beaucoup de chiens, chats, lapins, rongeurs vous attendent. Trop d’abandons cette année.» Samedi, la Société pour la protection des animaux (SPA) de Genève a lancé un cri d’alarme sur les réseaux sociaux. Comme elle, les autres SPA romandes font face à un phénomène inédit depuis la pandémie de Covid.

«Nous sommes débordés»

«On a eu deux années très calmes et, là, nous nous retrouvons dans une situation exceptionnelle», relate Alain Zwygart, administrateur de la SPA Vaud (SVPA). «Nous sommes débordés», confirme Barbara Lanthemann, responsable du refuge SPA d’Ardon (VS), qui compte actuellement 34 chiens contre 25 d’habitude, et 40 chats, contre quinze l’an passé.

Des «allergies» soudaines

Les causes sont diverses, selon Chantal Yerly, présidente de la SPA Neuchâtel: «Les gens partent de nouveau. Mais il y a aussi les abandons d’été, ou les gens prétextant des allergies, par exemple. Et puis il y a beaucoup de séquestres.» Pour autant, affirme-t-elle, la hausse n’est pas forcément due à des abandons d’animaux adoptés lors du semi-confinement: «Ils ont en effet entre 4 et 5 ans en moyenne.»

«On ne s’attendait pas à ça»

Au contraire, Nathalie Genilloud, présidente de la SPA Fribourg, dit recueillir des bêtes «acquises durant le confinement», dont on ne veut plus s’occuper après. «Les gens donnent beaucoup de raisons, plus ou moins bidons, alors que ce sont de jeunes animaux en bonne santé.» Si elle avait anticipé une hausse des abandons, «on ne s’attendait pas à ça», souligne la responsable, évoquant une augmentation de 10 à 15% par rapport aux années avant le Covid. Du côté du canton de Vaud, la SVPA indique être «dans les mêmes chiffres qu’en 2019».

Amélioration attendue à la rentrée

Toutefois, la situation devrait s’améliorer avec la fin des vacances et la reprise des adoptions, d’après Alain Zwygart. «On a espoir qu’à la mi-août, ces animaux trouveront des propriétaires, car les gens rentrent, explique-t-il. Samedi, on a quand même réussi à placer neuf chats et cinq chiens par exemple, ce qui est très encourageant, alors qu’on était à la fin du mois de juillet.» 

«Bien réfléchir avant de prendre un animal»

Face à la récurrence des abandons durant la saison estivale, et ce malgré les nombreuses campagnes de prévention, les différentes associations rappellent que la décision de prendre un animal de compagnie ne se fait pas à la légère. «Il faut bien réfléchir avant de se lancer, prévient Nathalie Genilloud. Il faut assumer de le garder toute sa vie. Mieux vaut ne pas en prendre si ce n’est pas le cas. L’abandon a des conséquences sur l’animal, c’est un choc pour lui. Même s’il est bien accueilli en foyer, rien ne remplace jamais une famille.»

Moins d’abandons chez SOS Chats

Si l’association SOS Chats Genève rapporte être débordée «comme tous les étés», elle a répertorié un nombre d’abandons inférieur en ce mois de juillet qu’à la même période l’an passé. La présidente Valérie Derivaz fait état de seize abandons le mois passé contre 33 en juillet 2021 et 21 en juillet 2019. Pour la même période, par contre, les animaux trouvés sont en hausse: 46 cette année, contre 40 l’an passé et 38 en 2019. Le nombre d’adoptions s’élève, lui, entre 36 et 40. Sept propriétaires en moyenne sont retrouvés.

Ton opinion

151 commentaires