05.02.2019 à 18:55

«Quotidien»

Les reporters ont raconté leur calvaire au Venezuela

Baptiste des Monstiers et Pierre Caillé ont évoqué les conditions dans lesquelles ils ont été interpellé à Caracas. On ne sait toujours pas comment ils ont été libéré.

de
szu
Baptiste des Monstiers (à g.) et Pierre Caillé ont été privés de liberté trois jours durant.

Baptiste des Monstiers (à g.) et Pierre Caillé ont été privés de liberté trois jours durant.

TMC

Baptiste des Monstiers et Pierre Caillé reviennent de loin. Invités sur le plateau de «Quotidien» le 4 février, les deux reporters ont raconté les rudes conditions de leur détention au Venezuela.

Les deux hommes, qui tournaient un reportage destiné à l'émission de Yann Barthès, ont été interpellés le 29 janvier devant le palais présidentiel de Caracas. Pris pour des espions car ils n'étaient pas en possession d'un visa de presse, ils ont été privés de liberté trois jours durant.

Fouillés à nu, puis menottés, Baptiste et Pierre ont dû dormir dans un bureau dans lequel il ne faisait pas plus de 15 degrés. «Nous n'avions droit qu'à un verre d'eau pour deux par jour», a souligné l'un d'eux. A aucun moment ils n'ont évoqué les conditions de leur libération, qui a eu lieu samedi.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!