Alitalia: Les repreneurs vont de l'avant avec leur offre de rachat
Actualisé

AlitaliaLes repreneurs vont de l'avant avec leur offre de rachat

La Compagnie aérienne italienne (Cai), alliance de grands patrons italiens, a finalement décidé vendredi soir de présenter son offre définitive de reprise d'Alitalia.

Et ce malgré le blocage de certains syndicats.

Cette annonce fait suite au retour des deux principaux responsables de la Cai au siège du gouvernement en début de soirée, alors que tous les médias italiens avaient annoncé le retrait de cette offre dans la journée, poussant dangereusement Alitalia au bord de la faillite.

Le président du Conseil Silvio Berlusconi, qui s'est engagé personnellement dans le sauvetage d'Alitalia, s'était aussi déclaré «optimiste» en début de soirée.

Un milliard d'euros

Dans son communiqué, la Cai confirme également que les repreneurs sont prêts à investir un milliard d'euros pour relancer la compagnie en grande difficulté, dans son offre de reprise au commissaire extraordinaire d'Alitalia, Augusto Fantozzi.

Elle répète également que son offre reste toutefois «conditionnée à une décision» de la Commission européenne, qui doit encore décider si le prêt relais de 300 millions d'euros accordé par le gouvernement à Alitalia est ou non une aide d'Etat illégale.

Ce nouveau rebondissement est intervenu alors que les syndicats de pilotes et de personnel navigant avaient refusé de signer vendredi le document préliminaire réglant les questions des contrats de travail et des critères d'embauche.

Pression du gouvernement

Ce document leur avait été proposé par le bras droit de Silvio Berlusconi, Gianni Letta, qui se portait garant en cas de réclamation des syndicats dans une négociation future avec la Cai.

Les quatre confédérations syndicales, CGIL, UIL, CISL et UGL, l'ont en revanche paraphé. Elles sont majoritaires, mais la Cai a toujours dit qu'elle irait de l'avant avec l'accord des neuf syndicats d'Alitalia.

Le gouvernement semble avoir mis une pression maximum sur la Cai, dont les investisseurs ont d'ailleurs été réunis par le «Cavaliere», qui avait contribué à torpiller l'offre de rachat d'Air France-KLM en avril au profit d'une solution italienne.

Le feuilleton Alitalia a notamment été marqué par un premier retrait en septembre de l'offre préliminaire de la Cai face à l'opposition de certains syndicats à son plan de reprise qui prévoit 3250 suppressions de postes et une fusion avec Air One. Les représentants du personnel ont toutefois fini par l'approuver, à la suite d'une médiation du gouvernement.

(ats)

Ton opinion