Actualisé 22.03.2011 à 15:14

SuisseLes ressources en eau seraient surestimées

Les experts mettent en doute l'optimisme des milieux bourgeois qui veulent remplacer l'énergie nucléaire par l'énergie hydraulique.

de
rga
Aujourd'hui, 90% à 95% des ressources en eau sont déjà exploitées en Suisse.

Aujourd'hui, 90% à 95% des ressources en eau sont déjà exploitées en Suisse.

La catastrophe nucléaire au Japon a contraint les partis politiques du centre à revoir leurs positions en matière d'utilisation de l'énergie atomique. Ce faisant, les ténors de ces partis exigent de leurs collègues socialistes et verts qu'ils fassent des concessions et acceptent la construction de nouveaux barrages. Christophe Darbellay, le président du PDC, et Hans Grunder, le président du BDP, sont tous les deux convaincus du «grand potentiel» de l'énergie hydraulique en Suisse.

Or la Suisse est le pays au monde qui exploite déjà le mieux ses ressources en eau. Selon Robert Boes, professeur d'hydrologie à l'EPFZ, elle utilise déjà entre 90% et 95% de son potentiel hydraulique. «Avec de nouvelles centrales à eau, la Suisse pourrait produire au maximum 6 térawatts/heure (TWh) supplémentaires par an. Cela correspond plus ou moins à un quart de l'énergie manquante en cas de fermeture des centrales nucléaires actuelles», estime-t-il. Aujourd'hui, notre pays produit 36 TWh d'énergie hydraulique, selon le «Tages-Anzeiger». A titre de comparaison, les centrales de Mühleberg, et de Beznau 1 et 2 produisent 9 TWh par an.

L'Office fédéral de l'énergie (OFEN) estime quant à lui qu'en modernisant les centrales hydrauliques existantes ou en construisant de nouvelles, il en résulterait une production de 7 TWh au mieux, 5 TWh selon une estimation plus réaliste. A moyen terme, rappelle-t-il, il faudra également tenir compte des effets du changement climatique qui auront d'importantes incidences sur la présence de l'eau dans les Alpes. Selon l'OFEN, le réchauffement climatique pourrait «coûter» 2 TWh par an. On les constate: les chiffres avancés par l'OFEN ne sont guère optimistes et recoupent en partie les prévisions de Robert Boes de l'EPFZ.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!