Certificat Covid - Les restaurateurs choisissent de voir le verre à moitié plein
Publié

Certificat CovidLes restaurateurs choisissent de voir le verre à moitié plein

Les masques commencent à tomber, sonnant le retour à la (presque) normalité. Les premiers repas sous l’égide du pass Covid ont été servis lundi. Réactions des restaurateurs lausannois.

par
Gaëlle Monayron
(Robin Baudraz)

«On a quand même senti la différence, aujourd’hui c’était plus calme que la semaine passée», a témoigné lundi José Dos Santos, gérant du Ticino. Les restaurateurs lausannois oscillent entre optimisme et résignation face à l’extension du certificat Covid. «On avait un peu peur de cette première journée, confie Pierre, assistant gérant du Café de Grancy, mais finalement les gens sont venus prêts et équipés de leur pass». Dominique Jossi, directeur d’exploitation du Tibits confirme également: «Les gens ont joué le jeu, on n’a eu aucun souci. On a même eu plus de monde que ce qu’on attendait».

Puisque le soleil était au rendez-vous, la plupart des clients ont opté pour les terrasses. Côté pratique, les contrôles à l’entrée n’ont donc pas généré d’attente. Mais quid du froid qui arrive? «Aujourd’hui je n’ai vu aucune différence pour le service de midi, mais je redoute un peu les jours de pluie, avoue Christopher Limmois, gérant Inglewood du canton de Vaud». Il craint en effet que la hausse des contrôles à l’entrée ne crée des bouchons. José Dos Santos s’inquiète lui aussi pour la suite: «le taux de vaccination est encore très faible». Face à ce constat le gérant du Bamee Bar Marco Reymond, s’est quant à lui fait une raison: «je pense qu’on va perdre une partie de notre clientèle».

Mais pour l’heure, les restaurateurs sont plusieurs à choisir l’optimisme. «Les clients nous disent qu’ils sont ravis de voir à nouveau le visage de leur serveur», raconte Pierre. «On se réjouit de pouvoir refaire des soirées comme avant, sans restriction, s’enthousiasme également Marco Reymond. C’est une bonne nouvelle pour les restaurateurs».

«À force, les clients s’habituent à tous ces changements», assure le directeur d’exploitation du tibits à Lausanne.

«À force, les clients s’habituent à tous ces changements», assure le directeur d’exploitation du tibits à Lausanne.

Patrick Martin/24 heures

Certains se positionnent plus radicalement. C’est le cas par exemple du café épicerie Le Silo, à La Chaux-de-Fonds. Suite aux annonces du Conseil fédéral, l’établissement a décidé de fermer son café à l’intérieur, et de ne conserver que l’accès à sa terrasse. «Il n’est pas envisageable pour nous de devoir trier nos clients, de pouvoir accepter certaines personnes et d’en refuser d’autres. Cela ne fait pas partie de nos valeurs», peut-on lire sur la page Facebook du Silo.

Ton opinion

164 commentaires