Actualisé 04.08.2009 à 11:51

Groupe minier XstrataLes résultats ont dégringolé au premier semestre

Les résultats du géant minier Xstrata, qui figure parmi les cinq leaders mondiaux, ont dégringolé au premier semestre.

Le groupe zougois a vu son bénéfice net chuter de plus des trois quarts comparé à la même période de l'an passé, à 643 millions de dollars.

Au niveau opérationnel, le bénéfice a diminué de 63% à 1,68 milliard de dollars, a indiqué l'entreprise mardi. Quant au chiffre d'affaires, il a diminué de 39% à 9,87 milliards de dollars (10,5 milliards de francs).

»La crise économique et financière a changé radicalement notre environnement opérationnel fin 2008, et ce en un laps de temps très court», a expliqué le directeur général Mick Davis. La demande et les prix ont littéralement chuté.

Xstrata reste bien positionné grâce à un portefeuille d'activités adéquat, estime son patron. Il souligne que la performance opérationnelle reste solide en considérant la hausse de la production de charbon, cuivre, nickel et zinc. La part du charbon à la performance opérationnelle s'est d'ailleurs fortement accrue, passant de moins d'un quart à plus de la moitié.

Pour la suite, Xstrata reste plutôt confiant. Si à court terme, il attend de pied ferme une reprise aux Etats-Unis et dans l'OCDE, il demeure persuadé qu'à plus longue échéance, la Chine et les autres pays en pleine croissance seront de formidables moteurs vu les importants investissements nécessaires pour les infrastructures.

Cible toujours visée

Le groupe persiste et signe au sujet d'Anglo American: il maintient son souhait de fusionner avec le groupe anglo-sud- africain, malgré le refus déjà exprimé par ce dernier.

»Je continue de croire qu'il est dans le meilleur intérêt des actionnaires de Xstrata et d'Anglo American d'examiner le potentiel de création de valeur que nous avons identifié», a affirmé Mick Davis.

Xstrata n'aime guère être contrarié dans ses appétits, lui qui connaît depuis des années une expansion spectaculaire à coup de rachats stratégiques comme Falconbridge ou Lonmin. Le groupe zougois aimerait bien conquérir des marchés supplémentaires.

Figurant parmi les cinq premiers groupes miniers mondiaux, l'entreprise est présente dans 19 pays et emploie plus de 39'000 personnes. Elle est cotée aux Bourses de Zurich et de Londres, mais l'action est principalement négociée sur le marché britannique et très peu sur le marché suisse. (ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!