Actualisé 04.05.2020 à 13:04

Ville de Genève

Les Verts se taillent la part du lion à l’Exécutif

La répartition des départements est faite. Les écologistes héritent du logement, de l’aménagement, de la mobilité et des finances.

de
David Ramseyer
1 / 1
La mairie de la Ville de Genève, au Palais Eynard
La mairie de la Ville de Genève, au Palais Eynard

dr

La répartition des dicastères au sein du Conseil administratif de la Ville de Genève est désormais connue. Unique sortant, le socialiste Sami Kanaan conserve la culture, mais lâche les sports. Son département se voit adjoindre la transition numérique. Sa collègue de parti, Christina Kitsos, sera chargée du Département de la cohésion sociale et de la solidarité.

Les deux élus écologistes seront particulièrement actifs dans le secteur du bâtiment et dans la gestion des espaces publics. Frédérique Perler prendra ainsi la tête du Département de l’aménagement, des constructions et de la mobilité; tandis que son collègue Alfonso Gomez chapeautera les finances, l’environnement et le logement. Le service des espaces verts lui revient également.

Enfin, seule représentante de la droite, la PDC Marie Barbey héritera du Département de la sécurité et des sports.

Des attributions «logiques», notent les partis

Cette répartition satisfait pleinement la cheffe de groupe des Verts, Delphine Wuest. Environnement, aménagement et mobilité en mains écologistes, «cela fait du sens, estime l’élue. Malgré la crise actuelle, la Ville ne doit pas se défausser des engagements pris avant la pandémie en faveur de la protection de la planète». Conseillère municipale d’Ensemble à Gauche, Brigitte Studer met en avant la «logique» de la distribution des départements: «Les Verts géreront les domaines dans lesquels ils se sont fortement engagés». Un constat que fait également Pierre Scherb, à la tête du groupe UDC, même si cela ne l’enthousiasme guère. «Les écologistes, qui ont marqué de leur empreinte cette répartition des départements, vont imposer leur point de vue en Ville.»

Dans les rangs socialistes, on juge «normal» que les écologistes récupèrent les travaux et l’aménagement. Mais surtout, le parti à la rose se félicite de retrouver dans son giron les affaires sociales. «C’était une priorité pour nous, rappelle son futur chef de groupe, Olivier Gurtner. On voit notamment que la crise liée au Covid-19 a un impact énorme sur les enjeux sociaux et sur les situations de précarité. Le PS se doit d’être au rendez-vous.»

Magistrate «légitime» aux sports

A droite comme à gauche, on salue aussi l’attribution du Service des sports à la PDC Marie Barbey, laquelle tiendra également les rênes de la sécurité. Unique représentante de la droite au sein du prochain collège de Ville, la future conseillère administrative a «bien tiré son épingle du jeu, juge Anne Carron, cheffe de groupe démocrate-chrétien. Grande sportive, Marie Barbey hérite d’un département qui lui va bien. Cela lui permettra de mener une politique en lien avec les femmes et les jeunes, notamment». Les partis estiment que l’élue, «légitime» dans le domaine des sports, devrait offrir un soutien accru à ce dernier. Aujourd’hui, beaucoup voient ce secteur comme un parent pauvre de l’actuel département de Sami Kanaan, au sein duquel la culture est richement dotée.

Au final, le président du PLR en Ville de Genève, Vincent Latapie, regrette cependant que «PS et Verts se soient partagés les charges régaliennes les plus importantes», à l’exception de la sécurité qui revient à la PDC Marie Barbey. «Je note par ailleurs que le département de cette dernière est filiforme. En tout état de cause avec un Conseil municipal et un Exécutif de gauche, il sera difficile à la droite de jouer son rôle de contre-pouvoir face au rouleau-compresseur de la majorité rose-verte.»

Les conseillers municipaux ainsi que les magistrats de la Ville et des 44 autres communes genevoises entreront en fonction le 1er juin prochain.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!