Les Romands sont de mauvais payeurs
Actualisé

Les Romands sont de mauvais payeurs

Les Romands et les Tessinois sont de plus mauvais payeurs que les Alémaniques.

D'une manière générale, les jeunes citadins représentent les consommateurs qui tardent le plus à régler leurs factures, selon la société de recouvrement Intrum Justitia.

L'endetté type correspond à un individu citadin, âgé entre 25 et 34 ans, vivant seul, dépourvu de formation professionnelle et résidant ailleurs qu'en Suisse alémanique, a indiqué mardi à Zurich Thomas Hutter, le directeur de la filiale suisse de la société suédoise, lors de la présentation du premier indice suisse des débiteurs. Le montant moyen des créances ouvertes atteint 500 francs et le total des dettes privées 9 milliards.

Les jeunes entre 25 et 31 présentent clairement le risque le plus élevé d'endettement, selon l'étude d'Intrum Justitia. «Le phénomène débute souvent avec leur départ de la maison», a constaté M. Hutter. Il illustre également un changement de la société: «aujourd'hui il est possible d'acheter tout ce que l'on veut à crédit».

Comme sources d'endettement des jeunes, M. Hutter a notamment mentionné le téléphone portable, les habits de marque et la voiture sitôt le cap des 18 ans franchi. Et lorsqu'un opérateur de téléphonie mobile bloque leurs appels en raison d'un défaut de paiement, ces clients changent tout simplement de fournisseur.

Cours à l'école

L'indice suisse des débiteurs montre que la gestion de l'argent doit être mieux enseignée, a ajouté M. Hutter. Intrum Justitia, qui a lancé un concours à ce sujet afin d'en promouvoir la prévention, plaide en faveur de l'introduction de cours sur la «gestion de l'argent» dans les écoles de Suisse, a-t-il rappelé.

A l'inverse, les personnes retraitées apparaissent comme les moins endettées, les plus promptes à s'acquitter de leurs factures. La catégorie comporte toutefois également des risques. Un individu sur huit se retrouverait en difficulté s'il ne pouvait compter sur l'obtention des prestations supplémentaires à l'AVS.

Intrum Justitia a dressé le tableau des différences régionales. Ainsi, un Luganais s'endette en moyenne deux fois plus qu'un Zurichois. Le taux le plus élevé de mauvais payeurs revient aux habitants de la ville de La Chaux-de-Fonds, suivis par ceux de Lugano, tandis que ceux de Schaffhouse font figure de meilleurs élèves du pays.

De manière générale, les habitants des villes de Neuchâtel, Genève, Fribourg, Lausanne ou Bienne affichent des taux plus élevés que celles de Suisse alémanique. Ces données, qui ne visent pas à creuser le fossé entre les régions linguistiques, illustrent des différences culturelles, a commenté M. Hutter.

Contrôle social

Il n'en reste pas moins que l'écart entre la ville et la campagne s'avère moins fort que supposé. Les personnes vivant dans des agglomérations présentent la meilleur morale de paiement. Si les emplois bien rémunérés sont moins nombreux dans les communes rurales, le contrôle social y fonctionne mieux que dans les cités.

Outre la mentalité et l'âge, la forme de vie joue un rôle non négligeable dans l'appréciation des risques de paiements, alors que le sexe n'est en revanche pas relevant. Les couples affichent ainsi une meilleure morale de paiement que les célibataires.

Ces derniers doivent en effet assurer seuls des charges telles que le loyer, les assurances ou la voiture. De plus, leur budget mensuel s'est en général affaibli du fait de la forte hausse des coûts de la vie. Les familles monoparentales, sont elles moins menacées d'endettement, probablement du fait de l'apport d'une pension alimentaire.

(ats)

Ton opinion