Sécurité routière: Les routes ont fait moins de morts en 2008
Actualisé

Sécurité routièreLes routes ont fait moins de morts en 2008

Les routes suisses n'avaient plus été aussi sûres depuis la Seconde Guerre mondiale.

Les accidents de la route ont à nouveau fait moins de victimes l'an dernier en Suisse. Ils ont été fatals pour 357 personnes, ce qui constitue la valeur la plus basse depuis la Seconde Guerre mondiale, a communiqué jeudi l'Office fédéral de la statistique (OFS).

Le nombre de tués sur les routes suisses avait constamment augmenté depuis la Seconde Guerre mondiale, jusqu'à atteindre un pic à 1.773 en 1971. La tendance s'est depuis inversée. L'an dernier, 357 personnes ont encore perdu la vie dans des accidents de la circulation. Cette valeur est toutefois la plus basse depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, lorsque 211 victimes étaient à déplorer. Durant la même période, l'effectif de la population est pourtant passé de 4,5 à 7,7 millions et le parc des voitures de tourisme a été multiplié par 63, passant de 63.000 à près de quatre millions de véhicules, relève l'OFS. Par rapport à 2007, le nombre de morts est en recul de 7%.

L'évolution est également favorable concernant les blessés. Le nombre des blessés graves, c'est-à-dire les personnes souffrant de troubles ou de lésions qui les empêchent d'avoir une activité normale pendant au moins 24 heures, a reculé de 9% à 4.780 et celui des blessés légers de 5% à 20.776.

L'OFS estime que que les progrès techniques réalisés par les constructeurs automobiles ont beaucoup aidé. «Les accidents sont moins graves grâce aux airbags, à l'ABS et surtout à l'obligation de porter la ceinture, explique Daniel Bohnenblust, collaborateur scientifique à l'OFS. Mais il ne faut pas non plus négliger les nouvelles limitations de vitesse et l'augmentation du prix des amendes».

Deux-roues exposées

Au cours des huit dernières années, le nombre des personnes tuées ou grièvement blessées a diminué de près d'un quart. La baisse est particulièrement significative chez les occupants d'une voiture (-35%) et chez les piétons (-32%). Chez les occupants d'une voiture, le port de la ceinture de sécurité permet de réduire la gravité des conséquences de l'accident. D'après les rapports de police, 93% des personnes légèrement blessées l'an dernier avaient bouclé leur ceinture de sécurité, contre seulement 73% des personnes gravement blessées ou tuées.

Près de la moitié (48%) des personnes tuées ou gravement blessées étaient des cyclistes, des cyclomotoristes ou des motocyclistes, alors que leurs deux-roues ne représentaient que 23% des véhicules impliqués dans un accident. Les voitures de tourisme étaient par contre impliquées dans 62% des accidents ayant causé des lésions corporelles. Leurs occupants ne représentaient toutefois que 34% des personnes gravement blessées ou tuées. Les conséquences d'un accident de la circulation s'avèrent ainsi beaucoup plus graves pour les conducteurs de deux-roues. Les risques sont aussi plus grands pour les piétons. Comptant pour seulement 7% des usagers impliqués dans un accident de la circulation, ils représentent en effet 14% des personnes gravement blessées ou tuées.

Surtout dans les localités

Deux tiers des accidents ayant causé des lésions corporelles se sont produits à l'intérieur d'une localité, 26% hors des localités et 9% sur une autoroute. La part des accidents mortels et de ceux ayant causé des blessés graves est toutefois nettement plus élevée hors des localités (29%) qu'à l'intérieur de ces dernières (21%) ou que sur les autoroutes (17%).

La statistique des accidents de la circulation routière se base sur une enquête de l'OFS auprès des polices cantonales et communales. Elle comprend les accidents survenus sur la voie publique qui impliquent au moins un véhicule, motorisé ou non, et qui ont causé des lésions corporelles. (ap)

Ton opinion