Les Russes Rusal et Sual créent le numéro un mondial avec Glencore
Actualisé

Les Russes Rusal et Sual créent le numéro un mondial avec Glencore

Les producteurs russes d'aluminium Rusal et Sual ont annoncé leur fusion, à laquelle le groupe zougois Glencore apporte une grande part de ses actifs dans cette activité, donnant naissance au numéro un mondial du secteur.

«C'est un évenement historique», a déclaré le président du conseil d'administration de Sual, Viktor Vekselberg, lors d'une conférence de presse à Moscou.

«Les trois compagnies Rusal, Sual, Glencore ont signé après de longues négociations un accord sur l'union de la plupart de leurs actifs pour la création d'une très grande compagnie d'aluminium», a- t-il ajouté.

Entrée en Bourse dans 18 mois

M. Vekselberg a précisé que le nouveau groupe ainsi créé entrerait en bourse d'ici 18 mois. «Nous prévoyons de le faire d'ici 18 mois, le plus probablement à Londres.»

Le nouveau géant de l'aluminium aura une capacité de production de plus de 4 millions de tonnes d'aluminium primaire par an, a indiqué M. Vekselberg. Il dépassera ainsi l'actuel numéro un du secteur, l'américain Alcoa, qui produit 3,6 millions de tonnes d'aluminium par an, comme le canadien Alcan.

La valeur potentielle du groupe est estimée entre 20 et 30 milliards de dollars (25 et 40 milliards de francs). Le milliardaire russe Oleg Deripaska, dont la fortune est estimée à 14 milliards de dollars, deviendra le principal actionnaire de la nouvelle compagnie.

Grandes ambitions

La création de ce nouveau géant a été préalablement approuvée par le président russe Vladimir Poutine qui avait encouragé M. Vekselberg en ce sens lorsque celui-ci lui avait présenté le projet de fusion le 13 septembre devant les caméras de télévisions.

Avant même ce projet de fusion, Rusal, la plus grande des trois compagnies, avait déjà affiché son ambition de devenir le numéro un mondial de l'aluminium, avec un objectif de production de 5 millions de tonnes d'aluminium primaire en 2013.

La direction de Rusal a également indiqué que son appétit pourrait toucher d'autres métaux, comme le cuivre ou le nickel, suggérant une transformation possible du groupe en un géant minier diversifié du type du groupe minier BHP Billiton. (ats)

Ton opinion