Bilan des douanes suisses: Les saisies de drogues dures ont pris l'ascenseur
Actualisé

Bilan des douanes suissesLes saisies de drogues dures ont pris l'ascenseur

Un an après la mise en vigueur en Suisse de l'accord de Schengen, les douanes helvétiques tirent un bilan positif, grâce notamment au maintient des contrôles dans l'espace frontalier.

Crise financière et diminution du trafic obligent, les recettes ont en revanche diminué pour la première fois depuis plusieurs années, chutant de 10% par rapport à 2008. Les saisies de drogues dures ont pris l'ascenseur.

L'Administration fédérale des douanes (AFD) a fait tomber 21,3 milliards de francs dans les caisses de la Confédération l'an dernier. C'est 2,4 milliards de francs de moins qu'en 2008, ont expliqué mardi à Chiasso les responsables de l'AFD. Or ces rentrées représentent un tiers de l'ensemble des rentrées de la Confédération. Quelque 10 milliards de francs ont été générés par la TVA et 5 milliards par les redevances sur les carburants.

Les douanes sont intervenues notamment dans la lutte contre le commerce de stupéfiants. Elles ont saisi davantage de drogues dures, soit 280,2 kilos de cocaïne contre 145,2 en 2008 et 29,6 kilos d'héroïne contre 19,1 kilos l'année précédente. Les contrôleurs ont séquestré 48,7 kilos de haschisch et 46 de marijuana, contre respectivement 122 et 95 kilos en 2008. Les saisies de khat ont plus que doublé à 1.484 kilos alors que celles de pilules de LSD ou d'ecstasy ont été moins nombreuses.

Les tentatives d'importations de médicaments illégaux ont presque doublé. Swissmedic a signalé 1154 cas. Les stimulants de la fonction érectile, les produits amincissants et les anabolisants sont les principaux produits en cause.

La section antifraude a traité plus de 6000 cas au total. Dans le domaine de l'alimentation, c'est la viande qui est le plus souvent au centre de trafics de contrebande. En 2008, c'étaient les fruits et légumes. Le Corps des gardes-frontière a par ailleurs enregistré 61 entrées illégales en Suisse et découvert près de 3500 personnes en séjour illégal. A noter aussi que près de 17 000 camions présentaient des défauts de sécurité.

L'entrée en force de l'accord de Schengen n'a pas posé problème. Les responsables de l'AFD rappellent que Schengen n'est pas un accord d'union douanière avec l'UE: les douaniers doivent donc toujours contrôler les marchandises. Le principal avantage pour la Suisse est le fait que le garde-frontière est en même temps douanier et policier des frontières. (ap)

Ton opinion