Suisse: Les salaires des dirigeants d'entreprises ont baissé de 14% en 2008
Actualisé

SuisseLes salaires des dirigeants d'entreprises ont baissé de 14% en 2008

La crise se fait aussi sentir au niveau du portemonnaie des dirigeants d'entreprises.

L'an passé, les hauts cadres des 30 plus grandes sociétés suisses cotées en Bourse ont vu leur rémunération chuter de 14%. En moyenne, directeurs et administrateurs ont empoché 30,6 millions de francs.

Toutefois, l'étude réalisée par le cabinet de conseil Towers Perrin et dévoilée mardi laisse apparaître de grandes disparités. Ainsi, selon l'enquête, le montant attribué aux rémunérations du conseil d'administration et de la direction de l'UBS a plongé de 74% par rapport à 2007. A l'inverse, celui consacré à cet effet dans le groupe de certification genevois SGS s'est envolé de 70%.

Ces variations extrêmes montrent clairement que les entreprises suisses suivent également la tendance européenne d'indexer les rémunérations des responsables à la performance de la société qu'ils dirigent. Pour mémoire, l'UBS, en grande difficulté, a essuyé une perte abyssale de plus de 20 milliards de francs l'an passé, alors que SGS a affiché un bond de son bénéfice de 40%.

En ne considérant que les salaires des patrons qui étaient en fonction en 2007 et 2008, le recul est encore plus sensible, celui- ci atteignant 29%. Un administrateur sans fonctions particulières au sein de ces 30 sociétés a gagné en moyenne 279 880 francs, contre 318 000 un an auparavant.

Comparaisons difficiles

Une comparaison entre présidents du conseil d'administation reste difficile à effectuer, car certains portaient une double-casquette en assurant également la présidence de la direction. Depuis, la situation a évolué, puisque Novartis demeure la seule firme du Swiss Leader Index (SLI) à encore connaître le cumul des fonctions de patron et président.

La rémunération moyenne d'un président de conseil d'administration sans fonction exécutive a fondu l'an passé de 44%. Du côté des membres de direction, la comparaison se limite aux six entreprises (ABB, Adecco, Logitech, Novartis, Petroplus et Roche) qui dévoilent le salaire et ses composantes de manière nominale pour chaque responsable.

De manière générale, les montants versés au titre de salaires pour les membres de la direction générale ont diminué dans 17 sociétés sur 30. La tendance à une rémunération en fonction de la performance de l'entreprise est également confirmée pour cette catégorie de dirigeants.

(ats)

Ton opinion