Suisse: Les salaires progressent faiblement
Actualisé

SuisseLes salaires progressent faiblement

Seuls les banquiers ont tiré leur épingle du jeu. Les travailleurs ont vu leur pouvoir d'achat stagner l'an dernier.

Les salaires réels n'ont progressé que de 0,1% sur un an. Les travailleurs ont vu leur pouvoir d'achat stagner l'an dernier.

Les salaires nominaux n'ont augmenté que de 0,8% en moyenne alors que le taux d'inflation annuel se situait à 0,7%. Cette hausse est la plus faible enregistrée depuis 1999.

La croissance des salaires nominaux à peine supérieure à celle de l'inflation fait que les salaires réels n'ont progressé que de 0,1% en moyenne en 2010, a indiqué jeudi l'Office fédéral de la statistique (OFS) dans un communiqué.

Ce repli du pouvoir d'achat marque une nette rupture par rapport à la hausse exceptionnelle de 2,6% des salaires réels enregistrée en 2009. Au final, de 2006 à 2010, les salaires réels ont progressé de 0,7% en moyenne annuelle.

Crise en cause

La hausse de 0,8% des salaires nominaux l'année passée est quant à elle en totale rupture avec celles des deux années précédentes, remarque l'OFS. Ils avaient augmenté de 2% en moyenne en 2008 et de 2,1% en 2009.

Le brusque fléchissement accusé l'an dernier vient du repli conjoncturel et d'une inflation qui s'est maintenue à un niveau très bas. Les salaires 2010 ont été fixés dans les différentes branches à l'automne 2009, période encore marquée par la récession.

Banquiers les mieux lotis

Dans le secteur tertiaire, les salaires nominaux ont renchéri l'année passée de 0,9%. Le secteur secondaire, dont l'activité a chuté en 2009, a enregistré une hausse salariale de 0,6% en 2010.

Toutes branches confondues, le secteur bancaire a enregistré la plus forte progression, de 1,5% contre 1,8% en 2009. On est toutefois encore loin des croissances de 2008 (+2,4%) et de 2007 (+2,5%). Les salaires ont augmenté de 1,2% dans l'administration publique et de 1,1% dans le domaine de la santé.

Grâce aux exportations 2009, stables par rapport à l'exercice précédent, l'industrie chimique se situe à un bon niveau, avec une hausse salariale de 1%. Celle-ci est cependant l'une des plus modérées que la branche a connu depuis 1999.

(ats)

Ton opinion