Grande-Bretagne: Les salariés de British Airways priés de travailler gratuitement
Actualisé

Grande-BretagneLes salariés de British Airways priés de travailler gratuitement

British Airways, qui a fait état le mois dernier d'une perte annuelle record, a annoncé mardi avoir demandé à ses salariés de travailler gratuitement.

Les périodes sans salaire vont de une semaine à un mois et se prennent sur une base volontaire.

Le directeur général de BA, Willie Walsh, qui a promis aux côtés du directeur financier Keith Williams de travailler gratuitement en juillet, a précisé que ce projet s'inscrivait dans le vaste programme de réductions de coûts de la compagnie aérienne britannique. «Nombre d'entre vous entendent aider la société», a déclaré Walsh.

«J'espère que chaque entité de la compagnie contribuera d'une certaine manière à ce moyen efficace financièrement pour aider au plan de survie de la société. Cela compte vraiment», a-t-il ajouté.

Les employés de la compagnie basés en Grande-Bretagne pourront se porter volontaires soit pour un congé sans solde soit pour une période de travail non payé.

BA, troisième compagnie aérienne européenne par le chiffre d'affaires, a publié une perte opérationnelle annuelle de 220 millions de livres sterling (390 millions de francs) et a renoncé en mai à verser un dividende, souffrant du retournement du marché aérien mondial, dont elle ne prévoit pas de redressement dans l'immédiat.

1000 volontaires

La compagnie a précisé que 1000 employés s'étaient portés volontaires pour le plan Business Response Scheme qui permet de prendre un mois de congé sans solde ou de passer à du travail à temps partiel. Walsh, qui gagne 735 000 livres par an, participe à ce plan.

D'autres compagnies ont lancé des plans semblables, en réponse à la crise du secteur aérien mondial, comme Cathay Pacific, dont la majorité des employés ont accepté un tel dispositif, a déclaré BA.

La compagnie britannique a annoncé la semaine dernière qu'elle discutait avec ses pilotes de réductions de salaires. Walsh a également déclaré qu'il y aurait d'autres suppressions d'emplois, après celles de 2500 postes menées depuis mars dernier. (ats)

Ton opinion