Cinéma - Les salles rouvrent avec une jolie pépite: «Milla»
Publié

CinémaLes salles rouvrent avec une jolie pépite: «Milla»

Un film plein de vie qui traite de la mort: c’est notre coup de cœur parmi les longs métrages à l’affiche en cette semaine de reprise.

par
Marine Guillain

Les pros de la branche ne s’attendaient pas à une réouverture si soudaine, mais ça y est: la majorité des cinés rallument leurs projecteurs. Pour cette «rentrée», on vous conseille le premier film de l’Australienne Shannon Murphy: «Milla». Milla, c’est une ado qui tombe sous le charme de Moses, un type plus âgé qu’elle, au visage tatoué, toxicomane.

Pas franchement le profil rêvé pour ses parents, qui vont néanmoins lui faire une place. Car leur fille est malade et ils veulent qu’elle soit heureuse durant le temps qu’il lui reste à vivre. Vous craignez une romance larmoyante? N’ayez crainte, ce film évite soigneusement le sentimentalisme! Il est au contraire lumineux, coloré, et parvient à mettre de l’humour même dans les moments les plus douloureux. Avec la mort comme sujet central, «Milla» est un magnifique hymne à la vie. *****

Quoi d’autre parmi les nouveautés de cette «rentrée»?

■  «There is no Evil» L’Iranien Mohammad Rasoulof a été interdit de tournage après la sortie de son précédent film, «Un homme intègre». Mais en Iran, contourner la censure est presque un sport national. Pour son nouveau film, Ours d’or à la Berlinale 2020, le réalisateur a délégué les scènes d’extérieur à ses assistants et s’est chargé de filmer les scènes d’intérieur. En découle une peinture sociale de toute beauté. Au fil des quatre récits qui se succèdent en 2h30, passant du drame au thriller d’action, les libertés bafouées et la peine de mort ne sont jamais loin. ****

■ «La revanche des losers» Victimes d’une arnaque, des villageois perdent tout l’argent qu’ils avaient mis de côté pour monter une coopérative. Ils échafaudent alors un plan fou pour récupérer ce qui leur appartient. Cette comédie sympathique de l’Argentin Sebastian Borensztein est sans aucun doute absurde, mais c’est assumé. **

■  «Bonjour le monde!» En 60 minutes d’animation à la fois simple et malicieuse (faite de pages de livres de la prestigieuse collection de la Pléiade!), Anne-­Lise Koehler et Eric Serre entraînent les spectateurs dès 3 ans au cœur de la nature: un coin de lac, des créatures diurnes ou nocturnes, aquatiques ou terrestres, qui découvrent leur place dans le monde. C’est délicieusement coloré, un tantinet consensuel (on ne change pas le cercle de la vie), mais ô combien merveilleux. ****

■ «Petites danseuses» Elles ont entre 6 et 10 ans et vivent pour la danse classique. Travail intensif, exigences monstres, rigueur, coups durs, investissements, sacrifices et gestion du stress sont le quotidien de ces bouts de chou, élèves d’une école parisienne. Sans porter de jugement, la caméra d’Anne-Claire Dolivet se fait oublier et saisit des moments de grâce, entre insouciance de l’enfance et maturité de l’adulte. Magnifique. ***

■ «Master Cheng» Un cuisinier chinois débarque dans un bled de Laponie. Entre mets asiatiques et bains glacés après le sauna, les échanges culturels entre le cuistot et les paysans locaux sont hauts en couleur. La comédie gourmande et poétique de Mika Kaurismaki est dotée d’un humour fin et dépouillée de tout cliché. ***

■ «Il mio corpo» Présenté à Visions du Réel en 2020, ce doc de Michele Pennetta évoque deux destins. Celui d’un gosse qui ramasse de la ferraille dans les décharges sauvages, et celui d’un réfugié Nigérian. Tous deux sont coincés en Sicile, en quête d’émancipation. **

■ «Je voulais me cacher» À vingt ans, Antonio est expulsé de sa Suisse natale et se retrouve en Italie. Il vit dans un grand dénuement et s’accroche à sa raison de vivre: la peinture. L’histoire vraie de l’artiste Antonio Ligabue, mise en scène par Giorgio Diriti. Pas vu.

■ «Lux Æterna» Charlotte Gainsbourg accepte de jouer une sorcière jetée au bûcher dans le premier film réalisé par Beatrice Dalle. Sur le tournage, les relations avec l'équipe du film sont explosives, ce qui rend la préparation de la scène chaotique. Ce film de Gaspard Noé est à découvrir au cinéma Bellevaux (VD). Pas vu.

■ «Horizon Line» Jackson et Sara sont invités à un mariage sur une petite île de l’océan Indien. Ils se dirigent vers le paradis tropical en avion lorsque leur pilote est victime d’une crise cardiaque. Ils n’ont d’autre choix que de tenter de prendre les commandes. Un thriller de Mikael Marcimain. Pas vu.

Ci-dessous, vous trouverez la liste de tous les longs métrages qui ressortent en salle, et de quelques-uns étant seulement sortis sur des plateformes de streaming. Cliquez sur leurs titres pour accéder à nos critiques et aux bandes annonces.

Ils ressortent en salle cette semaine

«Adieu les cons»

«ADN»

«Calamity»

«Sous la peau»

«Un pays qui se tient sage»

«Yalda, la nuit du pardon»

«Miss»

«Les Trolls 2»

«Sous les étoiles de Paris»

«Antoinette dans les Cévennes»

«Cunningham»

«Une ode américaine»

«Petite sœur»

«30 jours max»

«Poly»

«Les enfants du Platzspitz»

«Pour l’éternité»

«Sans signe particulier»

«Mank»

«The Nest»

«Minuit dans l’univers»

À lire aussi:

Ton opinion