Actualisé 02.10.2009 à 15:28

Sumatra

Les secouristes suisses sont arrivés Padang

L'Indonésie a appelé vendredi à l'aide la communauté internationale dans sa course contre la montre pour retrouver d'éventuels survivants d'un séisme qui a fait plus de 1100 morts à Sumatra.

La Suisse fait partie des pays qui n'ont pas attendu: ses secouristes sont déjà à l'oeuvre sur place.

«Il y a encore de nombreuses personnes ensevelies sous les décombres», s'est alarmée la ministre indonésienne de la Santé Siti Fadilah Supari vendredi matin à Padang. Elle a reconnu que les sauveteurs avaient «des difficultés» à les localiser et à les extraire.

L'Indonésie a «besoin du soutien des pays étrangers» et «d'équipes de sauveteurs confirmés avec leur matériel», a-t-elle ajouté. De nombreux pays, du Japon aux Etats-Unis en passant par la Suisse, n'ont pas attendu cet appel pour dépêcher des professionnels des secours en zones de catastrophe.

Le temps presse car «les chances de retirer des personnes vivantes (des décombres) sont très faibles» deux jours après le tremblement de terre, a estimé Djazuli Ambari, le secrétaire général du Croissant rouge indonésien.

Sauveteurs suisses arrivés

L'équipe de sauveteurs suisses a pu commencer, malgré des problèmes techniques, à chercher les personnes ensevelies dans les débris de bâtiments effondrés. Son action se concentre à deux endroits: dans les ruines d'une école et celles de deux hôtels voisins à Padang.

Les quelque 120 Suisses doivent rester au moins deux jours dans la région touchée. Certains resteront sur place plus longtemps pour organiser l'aide aux survivants.

Renforts bienvenus, vingt chiens capables de localiser des humains dans les ruines ont pris position avec le contingent helvétique. «Dans un premier temps, nous reconnaissons le terrain et évaluons les dommages», a expliqué Matthias Pfister, l'un des responsables.

Les autorités indonésiennes ont fait état vendredi matin de 777 morts confirmées mais n'ont pas annoncé de nouveau bilan dans la journée. Pour l'ONU, il y a plus de 1100 décès, un nombre appelé à augmenter selon des responsables indonésiens.

Padang dévastée

A Padang, ville de près d'un million d'habitants, environ un quart des bâtiments apparaissaient hors d'état, selon des estimations de journalistes. «Dans certaines zones, il semble que 80% des maisons aient été endommagées. Dans d'autres, 40%», a précisé Sébastien Fesneau, de l'ONG Oxfam.

Parmi les bâtiments à terre, figurent six hôtels, où «plusieurs centaines de personnes seraient ensevelies», selon un responsable de la Croix Rouge. Quelque 200 sauveteurs, dont des volontaires, s'escrimaient à tenter de déblayer les débris dans la chaleur et une «odeur de mort difficilement supportable», selon l'un d'eux.

Mais, surtout, «nous manquons d'équipement, comme des pelleteuses ou des engins de découpe des structures métalliques», a regretté un responsable de la Croix Rouge, Febi Dwirahmadi.

Pour les rescapés, la priorité est de se procurer les produits de première nécessité alors que l'eau et l'électricité restent coupées dans la plupart des quartiers. Plusieurs ONG, dont des suisses, sont sur place pour apporter une telle aide.

Craintes de répliques

Le président indonésien Susilo Bambang Yudhoyono s'est rendu vendredi, pour la deuxième fois en deux jours, à Padang, soucieux de démontrer la mobilisation de l'Etat. Il avait été très critiqué par la lenteur de sa réaction au terrible tsunami qui avait frappé le nord de Sumatra en décembre 2004 et provoqué la mort de 220'000 personnes dans plusieurs pays d'Asie.

«L'aide financière doit être rapidement déboursée... Pas de bureaucratie. Il est crucial d'aller vite», a averti M. Yudhoyono. De nombreux dirigeants ont exprimé leur émotion, dont l'Américain Barack Obama et le pape Benoît XVI qui s'est déclaré «profondément attristé».

(ats)

Terre des hommes vient en aide à 6000 personnes

Terre des hommes va venir en aide à 6000 enfants et proches victimes du fort séisme qui a dévasté mercredi la région de Padang sur l'île indonésienne de Sumatra. L'organisation d'aide à l'enfance leur distribuera de la nourriture et des biens de première nécessité.

Les sinistrés recevront des kit d'eau potable, des couvertures, des cuisines temporaires et des biens alimentaires, indique Terre des hommes (Tdh) vendredi dans un communiqué. Le coût de cette première action se monte à 100 000 francs.

Dans un second temps, l'organisation mettra en place des activités psychosociales pour aider les enfants à surmonter leur traumatisme.

Les oeuvres d'entraide partenaires de la Chaîne du Bonheur, dont fait partie Tdh, vont arriver sur place dès vendredi, précise le collectif. Mis à part Sumatra, ces organisations vont aussi venir en aide aux victimes du typhon Ketsana aux Philippines, Vietnam et Cambodge.

Dons à Terre des hommes: CP 10-11504-8/Chaîne du Bonheur: CP 10- 15000-6, mention «Asie»

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!