Genève: Les secours les persuadent de ne pas se défenestrer

Actualisé

GenèveLes secours les persuadent de ne pas se défenestrer

Les pompiers sont intervenus ce dimanche aux Pâquis. Un incendie s'était déclaré au 5e étage d'un immeuble. Les locataires étaient piégés.

par
Jérôme Faas
Dix-neuf personnes ont été évacuées, dont une partie avec la grande échelle.

Dix-neuf personnes ont été évacuées, dont une partie avec la grande échelle.

«Des gens aux fenêtres voulaient sauter dans la cour, d'autres avaient déjà commencé à faire des tresses avec des draps.» C'est la panique des habitants, plus que les flammes qui mangeaient une porte palière au 46 rue de Monthoux, qui a donné du fil à retordre au commandant Nicolas Schumacher et à ses hommes du Service d'incendie et de secours (SIS).

L'alerte a été donnée à 10h41 ce dimanche matin. Un feu s'est déclaré dans l'allée du 5e étage de cet immeuble situé en plein cœur du quartier populaire des Pâquis. Voilà les locataires prisonniers de leurs appartements, «bloqués par la fumée et les gaz», explique le chef des pompiers. Plusieurs résidents sont aux fenêtres, c'est la panique. La première tâche des secours consiste à les convaincre de ne pas se jeter dans le vide.

Le quartier est bouclé afin de garantir un accès aux différents véhicules des secours, dont trois ambulances et un cardiomobile. Un matelas gonflable est monté dans la cour intérieure de l'immeuble. Il ne servira finalement à rien. Dix-neuf personnes sont finalement évacuées «normalement». Une partie à l'aide de la grande échelle, l'autre via la cage d'escalier, protégées par des cagoules spéciales et encadrées par les sapeurs. Le sinistre lui-même est maîtrisé «en deux coups de lance», indique Nicolas Schumacher.

Finalement, seules sept personnes ont été légèrement intoxiquées par la fumée. Trois d'entre elles ont été acheminées par précaution à l'hôpital, afin qu'elles y passent des examens complémentaires. Les allées des 4e, 5e et 6e étages sont complétement détruites. Les logements, en revanche, ont été épargnés.

Ton opinion