Les séniors génèrent des emplois

Actualisé

Les séniors génèrent des emplois

Le vieillissement démographique ne causerait pas de tort aux jeunes. Une étude du Fonds national suisse (FNS) remet en cause l'existence d'un conflit entre les générations.

Il a souvent été dit que pour assurer la stabilité de la population suisse, notamment au niveau des assurances sociales, il fallait augmenter les naissances à 2,1 enfants par femme (contre 1,46 aujourd'hui). «Ce raisonnement est faux», explique le «Rapport des générations en Suisse» publié mardi par le FNS.

Davantage de naissances signifie aussi plus de charges sociales pour la population active qui devra subvenir non seulement aux besoins des seniors mais aussi à ceux des enfants, estiment les chercheurs. On oublie aussi que les personnes âgées, notamment en raison des soins médicaux dont ils ont besoin, créent des emplois et des salaires pour les plus jeunes.

Pour établir un bilan générationnel, il ne faut pas seulement calculer la différence entre ce qu'une génération paye à l'Etat (impôts, primes, etc) et ce qu'elle en reçoit (retraites, allocations, dépenses de santé, etc). Les «transferts intergénérationnels privés» doivent aussi être pris en compte, soulignent les auteurs du rapport Pasqualina Perrig-Chiello, François Höpflinger et Christian Suter.

On hérite plus qu'on économise

Ainsi, les héritages prennent toujours plus d'importance. Les ménages suisses héritent plus qu'ils n'économisent, constate le FNS. En 2000, 28,5 milliards de francs (presque 7 % du PIB) ont été redistribués par legs.

Si ces mannes permettent de mettre du beurre dans les épinards de la plupart des ménages, elles creusent malheureusement aussi les inégalités. Plus de la moitié des héritiers reçoivent moins de 50 000 francs, alors que 0,6 % d'entre eux touchent plus de 5 millions. On constate aussi que les Suisses héritent toujours plus tard.

Nounous gratuites

Parmi les transferts intergénérationnels privés non négligeables, les chercheurs rappellent que les grands-parents s'occupent gratuitement de leurs petits-enfants durant 100 millions d'heures par an. Ce qui équivaut à une prestation de travail de 2 milliards de francs environ.

Dans l'autre sens, les personnes âgées bénéficient elles souvent de soins dispensés par leurs familles. Seul un octogénaire sur cinq vit en maison de retraite ou en établissement médico-social. Et sur dix personnes ayant besoin de soins, six sont prises en charge par leurs familles. Ces prestations valent entre 10 et 20 milliards de francs par an. Comme pour la garde des enfants, ces services sont dans le 80 des cas fournis par les femmes.

Le «Rapport des générations en Suisse» recommande de lancer une large palette d'initiatives intergénérationnelles sous la forme d'un financement élargi de la prévoyance retraite, d'une prolongation de la vie active pour les personnes le souhaitant ou d'une promotion ciblée de la santé. Chaque grand projet de réforme politique devrait être examiné en tenant compte de son impact sur les différentes générations, préconisent les chercheurs.

(ats)

Ton opinion