Canal+: «Les séries n'étaient pas faites pour s'arrêter»
Actualisé

Canal+«Les séries n'étaient pas faites pour s'arrêter»

Un documentaire s'intéresse à la manière dont se terminent les séries et l'impact que cela a sur les téléspectateurs.

par
Julienne Farine

Chaque fan garde en mémoire au moins une scène finale d'un feuilleton et nombreuses sont les décisions des scénaristes à avoir fait débat parmi les aficionado. Plus de sept ans après la diffusion de l'épilogue de «Lost», des téléspectateurs continuent de critiquer le choix fait par les créateurs.

Dans «Fins de séries», Olivier Joyard s'est attelé à décrypter l'issue des feuilletons, qui a pris énormément d'ampleur ces quinze dernières années. «Historiquement, les séries n'étaient pas faites pour s'arrêter. Elles continuaient le plus longtemps possible afin de rapporter le plus d'argent possible à leur diffuseur», explique le réalisateur.

Aujourd'hui, selon le journaliste et critique de séries, les créateurs veulent façonner un monde fictionnel cohérent, avec un début, un milieu et une fin. Ils ne se contentent plus de simplement faire avancer le récit. Comme dans beaucoup de domaines, les Etats-Unis ont une longueur d'avance sur les pays francophones. Raison pour laquelle le documentaire n'aborde qu'une série française, «Mafiosa», la seule qui a marqué Olivier Joyard.

Durant deux mois, le Français est parti à la rencontre de téléspectateurs et des créateurs et scénaristes de «Lost», de «Six Feet Under», de «Dexter» et de «Breaking Bad», entre autres. «Leurs réponses à mes questions m''nt souvent ému. Terminer la série, en écrire l'ultime épisode, leur ont laissé des souvenirs très forts. La plaie est encore ouverte pour certains», raconte le journaliste. Comme pour les fans qui n'ont pas encore fait leur deuil.

La scène finale de «Six Feet Under»:

La scène finale de «Breaking Bad»:

Une des scènes de la fin de «Lost»:

Ton opinion