Somalie: Les shebab auraient lâché Baïdoa exprès
Actualisé

SomalieLes shebab auraient lâché Baïdoa exprès

Les insurgés islamistes somaliens ont annoncé mercredi s'être retirés pour des raisons «tactiques» de leur bastion de Baïdoa, la ville du sud somalien prise par les forces éthiopiennes.

«Baïdoa est tombée aux mains de l'ennemi après le retrait tactique de la ville opéré par les moudjahidine», a affirmé Cheikh Mohamed Ibrahim, commandant des shebab dans le couloir d'Afgoye, à une trentaine de km au nord-ouest de Mogadiscio.

«Les forces éthiopiennes, comptant plusieurs milliers d'hommes, équipées d'armes lourdes et de tanks sont entrées dans la ville», à quelque 250 km au nord-ouest de la capitale somalienne, a-t-il ajouté.

«Le sang va couler»

Cheikh Mohamed Ibrahim a affirmé que «la conquête (de Baïdoa) ne signifiait pas que l'ennemi pourra profiter de la ville».

«Le sang va à nouveau couler et les zones qu'ils ont conquises seront le tombeau des envahisseurs chrétiens et de leurs milices somaliennes apostates», a-t-il assuré.

Actuellement à Londres, le Premier ministre somalien Abdiweli Mohamed Ali a confirmé la prise de la ville.

Une percée significative

La prise de la Baïdoa est une percée significative dans l'offensive militaire régionale contre les rebelles et le principal revers des shebab depuis qu'ils ont dû abandonner leurs position dans Mogadiscio en août sous la pression des forces de l'Union africaine et du TFG.

Les shebab, qui s'en étaient rendu maîtres en 2009, avaient fait de Baïdoa l'un de leurs bastions stratégiques du sud somalien avec la ville portuaire de Kismayo, leur poumon économique.

Avant de passer sous contrôle shebab, Baïdoa avait abrité pendant trois ans le Parlement somalien de transition. (afp)

Le Conseil de sécurité des Nations unies a approuvé mercredi à l'unanimité une résolution portant les effectifs de la force de l'Union africaine en Somalie (Amisom) à un maximum de 17.731 hommes, au lieu de 12.000 actuellement. L'Amisom est composée aujourd'hui en quasi-totalité d'Ougandais et de Burundais. Elle doit incorporer des soldats kenyans combattant en Somalie et le Conseil de sécurité appelle dans sa résolution d'autres pays africains à contribuer.

Le Conseil de sécurité des Nations unies a approuvé mercredi à l'unanimité une résolution portant les effectifs de la force de l'Union africaine en Somalie (Amisom) à un maximum de 17.731 hommes, au lieu de 12.000 actuellement. L'Amisom est composée aujourd'hui en quasi-totalité d'Ougandais et de Burundais. Elle doit incorporer des soldats kenyans combattant en Somalie et le Conseil de sécurité appelle dans sa résolution d'autres pays africains à contribuer.

Ton opinion